Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti
Burkina: près de 25 000 réfugiés bénéficient de l’asile (HCR)
HCR: 68,5 millions de personnes déracinées dans le monde à la fin 2017 (Rapport)
Côte d’Ivoire: une pluie diluvienne fait au moins 10 morts dans plusieurs quartiers d’Abidjan (AIB)
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)

SOCIETE

Une dizaine d’hommes armés ont enlevé tôt lundi matin à Nassoumbou, deux frères pour exiger la libération de deux individus lourdement condamnés pour des faits répétés de braquages et de vols à main armée, a appris l’AIB auprès de sources sécuritaires.

Ce lundi 4 septembre 2017, aux environs de 6h, une dizaine de personnes armées ont semé la panique en tirant en l’air à Kourfadji, localité située à 15km de Nassoumbou, commune distante de 45km de Djibo dans la province du Soum. Ils se sont ensuite dirigés au domicile de D.P, un influent homme de la zone, où ils ont enlevé ses deux  frères A.K.P et R.P.

En échange de leur liberté, les assaillants exigent la libération de S.B et de H.D, condamnés en 2016, à 35 ans et à 45 ans avec 15 ans de sureté pour des faits répétés de braquages et de vols à main armée.

Notons que le même groupe avait déjà pris en otage en juillet dernier, M.B, l’oncle de D.P, pour les mêmes raisons.

La situation sécuritaire au nord du Burkina Faso près de la frontière malienne, s’est particulièrement dégradée depuis avril 2015, avec des attaques contre les positions des Forces armées et contre les civils.

Agence d’Information du Burkina