Aujourd'hui,
URGENT
Royaume-Uni: le Parlement votera sur le Brexit entre le 7 et le 21 janvier 2019
RDC: incendie dans un entrepôt de la Commission électorale à Kinshasa à 10 jours de la présidentielle, d'importants dégâts matériels
Mali: arrestation de Burkinabè soupçonnés de préparer des attentats à Ouaga, Bamako et Abidjan pendant les fêtes de fin d'année
Burkina: le flambeau du 11-décembre a été transmis à Tenkodogo, ville hôte de la célébration de l'indépendance en 2019
Centrafrique: arrestation en France de Patrice-Edouard Ngaïssona, ex-chef anti-balaka en RCA
11-décembre:  «Rien et absolument rien ne doit remettre en cause notre vouloir vivre-ensemble» (Roch Kaboré)
Migration: le pacte de l’ONU sur les migrations adopté à Marrakech
11-Décembre: "L'occasion de rendre hommage à notre peuple travailleur et de saluer la mémoire des bâtisseurs de notre nation." (Roch Kaboré)
Royaume-Uni: Theresa May annonce au Parlement le report du vote sur l'accord de Brexit
RDC: Joseph Kabila n'exclut pas de se représenter en 2023 (RFI)

SOCIETE

L’association Wendkouni pour le développement de l’Afrique entend mettre son expertise au service de la jeunesse burkinabè en termes d’entrepreneuriat. Selon Herman Wendla-Rima Sawadogo, pasteur évangélique, formateur polyvalent et président de ladite association, «l’Afrique, et particulièrement le Burkina Faso, ne se développera que grâce à l’entrepreneuriat des jeunes». Pour ce faire, il offre à travers son association, une formation de 12 mois en français et en langue mooré dans son centre sise à Pabré, localité située à une vingtaine de kilomètres de Ouagadougou.

C’est à travers une conférence de presse que le pasteur Sawadogo a annoncé «la bonne nouvelle» ce mardi 29 août 2017 au siège de son association à Ouagadougou. L’Association Wendkouni pour le développement de l’Afrique avait déjà formé plus de deux millions de jeunes de 370 communes du Burkina Faso de 2009 à 2017 sur l’entrepreneuriat. Elle entend donc poursuivre dans cette dynamique à travers une vaste campagne de formation des jeunes et des femmes en entrepreneuriat à partir du mois d’octobre 2017.

Selon la philosophie du pasteur Sawadogo, on ne peut pas développer un pays sans passer par la formation professionnelle aux métiers polyvalents. «Le Burkina Faso est classé parmi les pays les plus pauvres au monde à cause de la formation instaurée par le système français depuis l’indépendance. Les grèves, les sit-in et les revendications proviennent de cela», fait remarquer le conférencier.

C’est donc pour remédier à cela que l’association travaille à la formation de masse dans tous les secteurs d’activités. Il s’agit entre autre des métiers de mains, l’informatique, le code de la route, la maintenance de matériel sanitaire (biomédical), l’installation d’énergie bio digesteur etc.

Le pasteur Herman Sawadogo affirme qu’à travers cette formation, le Burkina peut être transformé et développé à l’image de la Chine ou des Etats-Unis d’Amérique. «Il suffit de travailler 20 heures sur les 24, laisser les critiques et être polyvalents pour que nous atteignons notre développement. J’ai donc conçu ce programme par rapport à nos réalités». Le centre est ouvert aux personnes âgées de 12 à 70 ans et même à ceux qui n’ont jamais mis les pieds à l’école. La particularité de cette formation est qu’elle se fait en français et en mooré.

FESPACO 2019

Sondage

La hausse de 75 FCFA du prix du litre d’essence et de gasoil au Burkina Faso est-elle, selon vous, justifiée?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé