Aujourd'hui,
URGENT
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)

SOCIETE

L’assistant de Police, Oumarou Zongo, en service au commissariat central de police de Ouagadougou (CCPO), renversé par un usager ayant refusé de marquer l’arrêt au feu tricolore, le mercredi 17 août 2016, a regagné son domicile, après un séjour de quelques heures au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Nous lui avons rendu visite ce 18 août 2016.

 L’assistant Zongo, plâtre au bras gauche, ne cesse de rendre grâce à Dieu, d’avoir eu la vie sauve. « Ça a été une chance pour moi, l’usager pouvait me tuer », nous a-t-il confié, avant de relater les faits. « Le mercredi 17 août 2016, aux environs de 11 heures, un automobiliste n’a pas respecté le feu au rond-point des Nations-Unies. Des collègues qui le suivaient sont arrivés à notre niveau au carrefour (Siège SONABEL). Je suis allé devant lui, pour lui demander gentiment de serrer au bas-côté de la voie. Il a foncé sur moi ; j’ai sauté sur le capot de son véhicule et il m’a trimbalé sur une distance en zigzaguant. Je suis tombé sur le bras et j’ai eu une fracture », a expliqué l’agent de Police.

Pour lui, ce comportement est vraiment regrettable. C’est pourquoi, il a invité ses collègues policiers à être vigilants sur la voie publique et aux usagers, il leur recommande la prudence. « Nous sommes des frères et on doit se comprendre », a-t-il insisté.

L’Assistant Oumarou Zongo, qui s’en est sorti avec une fracture fermée au bras et des égratignures, a affirmé que sa vie est hors de danger, et a souhaité que l’usager, qui a été arrêté soit puni à la hauteur de son acte.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé