Aujourd'hui,
URGENT
Economie: au 31 janvier 2017, les chèques impayés émis au profit de l’Etat burkinabè représentait un montant de plus de 36 milliards de FCFA
Cameroun:  deux militants du RDPC tués, le gouvernement accuse les séparatistes (RFI)
Minefid: le gouvernement va recruter "un personnel d’appoint constitué de retraités et de volontaires" pour suppléer les grévistes
Sport: la Burkinabè Marthe Koala a remporté l’heptathlon au meeting des épreuves combinées de Kladno en République Tchèque
Burkina: plus de 315 000 candidats ont débuté ce lundi 18 juin les épreuves écrites du 1er tour du  BEPC
Ouagadougou: le développement du sport et des loisirs au cœur d’un séminaire international à Ouagadougou du 18 au 20 juin
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est

SOCIETE

L’assistant de Police, Oumarou Zongo, en service au commissariat central de police de Ouagadougou (CCPO), renversé par un usager ayant refusé de marquer l’arrêt au feu tricolore, le mercredi 17 août 2016, a regagné son domicile, après un séjour de quelques heures au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Nous lui avons rendu visite ce 18 août 2016.

 L’assistant Zongo, plâtre au bras gauche, ne cesse de rendre grâce à Dieu, d’avoir eu la vie sauve. « Ça a été une chance pour moi, l’usager pouvait me tuer », nous a-t-il confié, avant de relater les faits. « Le mercredi 17 août 2016, aux environs de 11 heures, un automobiliste n’a pas respecté le feu au rond-point des Nations-Unies. Des collègues qui le suivaient sont arrivés à notre niveau au carrefour (Siège SONABEL). Je suis allé devant lui, pour lui demander gentiment de serrer au bas-côté de la voie. Il a foncé sur moi ; j’ai sauté sur le capot de son véhicule et il m’a trimbalé sur une distance en zigzaguant. Je suis tombé sur le bras et j’ai eu une fracture », a expliqué l’agent de Police.

Pour lui, ce comportement est vraiment regrettable. C’est pourquoi, il a invité ses collègues policiers à être vigilants sur la voie publique et aux usagers, il leur recommande la prudence. « Nous sommes des frères et on doit se comprendre », a-t-il insisté.

L’Assistant Oumarou Zongo, qui s’en est sorti avec une fracture fermée au bras et des égratignures, a affirmé que sa vie est hors de danger, et a souhaité que l’usager, qui a été arrêté soit puni à la hauteur de son acte.

Des mots pour le dire...

Sondage

La mise en œuvre des recommandations de la conférence nationale des forces vives de la nation sur le système de rémunération des agents publics de l’Etat peut-elle mettre fin aux grèves à répétition au Burkina?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé