Aujourd'hui,
URGENT
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés
Burkina: des membres du Conseil de sécurité des Nations unies annoncés à Ouagadougou le 24 mars prochain

SOCIETE

L’assistant de Police, Oumarou Zongo, en service au commissariat central de police de Ouagadougou (CCPO), renversé par un usager ayant refusé de marquer l’arrêt au feu tricolore, le mercredi 17 août 2016, a regagné son domicile, après un séjour de quelques heures au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo. Nous lui avons rendu visite ce 18 août 2016.

 L’assistant Zongo, plâtre au bras gauche, ne cesse de rendre grâce à Dieu, d’avoir eu la vie sauve. « Ça a été une chance pour moi, l’usager pouvait me tuer », nous a-t-il confié, avant de relater les faits. « Le mercredi 17 août 2016, aux environs de 11 heures, un automobiliste n’a pas respecté le feu au rond-point des Nations-Unies. Des collègues qui le suivaient sont arrivés à notre niveau au carrefour (Siège SONABEL). Je suis allé devant lui, pour lui demander gentiment de serrer au bas-côté de la voie. Il a foncé sur moi ; j’ai sauté sur le capot de son véhicule et il m’a trimbalé sur une distance en zigzaguant. Je suis tombé sur le bras et j’ai eu une fracture », a expliqué l’agent de Police.

Pour lui, ce comportement est vraiment regrettable. C’est pourquoi, il a invité ses collègues policiers à être vigilants sur la voie publique et aux usagers, il leur recommande la prudence. « Nous sommes des frères et on doit se comprendre », a-t-il insisté.

L’Assistant Oumarou Zongo, qui s’en est sorti avec une fracture fermée au bras et des égratignures, a affirmé que sa vie est hors de danger, et a souhaité que l’usager, qui a été arrêté soit puni à la hauteur de son acte.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé