Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

SOCIETE

C’est finalement ce mercredi 17 août 2016 que les conseillers de la commune rurale de Sabcé (15 km de Kongoussi) se sont réunis pour effectuer la mise en place du bureau du conseil municipal. Cette installation intervient après qu’elle ait été à l’origine interrompue le 20 juin dernier par les militants du Nouveau temps pour la démocratie. Cette fois-ci, c’est sous haute surveillance policière et sans les conseillers du Nouveau temps pour la démocratie (NTD), que les élections se sont déroulées,  rapporte l’Agence d’information du Burkina.

Au lendemain des élections municipales, les militants du NTD  s’étaient opposés  à la mise en place du conseil municipal le 20 juin dernier après l’élection du maire et ses deux adjoints. Cette situation a naturellement entrainé une crise à laquelle Nandy Somé/Diallo, la gouverneure du Centre-nord, a entrepris d’apporter une solution  sans succès.

En vue d’une issue favorable de cette crise, il a fallu que le préfet du département, Kiswendsida Marguerite Badini joue sa partition, en convoquant les conseillers de la commune pour l’effectivité du vote ce 17 août 2016. Pour un meilleur déroulement du scrutin, des mesures sécuritaires conséquentes ont été prises. Ainsi, il a été fait cas d’un dispositif impressionnant de policiers et de gendarmes venus porter main forte aux agents en poste à  Sabcé.

Par ailleurs, aucun conseiller du NTD n’était présent à ce rendez-vous. Après la tenue de ces élections qui prenaient en compte que les commissions et les conseillers régionaux, c’est Rigobert Nassa, qui a été porté officiellement à la tête de mairie de Sabcé. Celui-ci a aussitôt été installé dans ses nouvelles fonctions.

Séance tenante, il a confié être conscient de la situation dans sa commune et c’est pourquoi il compte « travailler avec des personnes ressources pour l’union de tous les fils et filles de la commune ». « Se bagarrer n’est pas un drame. Mais ne  pas se pardonner est une  fatalité », a-t-il soutenu.