Aujourd'hui,
URGENT
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  
arrondissement 3:  Les militants de l’UPC s’indignent face à la « forfaiture » engagée pour la destitution de l’actuel maire

Les médicaments et matériels médicaux spoliés d'un hôpital public par les deux agents (Ph.SM)

SOCIETE

Un agent de santé qui transportait des médicaments frauduleusement soustrait d’un hôpital public s’est fait mettre la main au collet, alors qu’il tentait de convoyer son butin à domicile, le mercredi 11 juillet aux environs de midi à Bobo-Dioulasso.


Le jour des faits, le suspect, un agent de santé du Burkina Faso, s’est retrouvé nez à nez avec une patrouille motorisée du Service régional de la police judiciaire de Bobo-Dioulasso. le butin se composait de matériel (matériel chirurgical, aspirateur, pèse-bébé, imprimante, etc.), mais aussi de 4 360 boites d’Artesun estimé à 13 million de francs CFA, soustraits des stocks des structures de santé publique par l’agent de santé, a indiqué ce mardi, le chef régional de la police judiciaire,  le commissaire Sayibou Galbane. 

L’Artesun, le produit pharmaceutique volé, est un anti paludéen subventionné par le gouvernement burkinabé dans le cadre sa politique de gratuité de soins des enfants zéro à cinq ans et des femmes  enceintes.

L’agent indélicat aurait dénoncé le receleur qui est également un agent de santé. Il était chargé de revendre les produits volés directement aux malades ainsi qu’aux dépôts pharmaceutiques privés, selon la police. Evoquant les nécessités d’enquête, la police a refusé de donner le nom de l’hôpital victime du vol. Pour les mêmes raisons, les présumés coupables n’ont pas été présentés à la presse.