Aujourd'hui,
URGENT
Cinéma: l’acteur ivoirien Ahmed Souané (Docteur Boris) est décédé ce jeudi 20 septembre
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana

SOCIETE

Les militaires tués au cours de l’attaque de leur base d’Intagom, au nord du Burkina Faso à la frontière malienne, ont été inhumés ce mardi 18 octobre 2016 à Ouagadougou. 

 

Ainsi, les soldats de 2e classe Amidou  Bationo (22 ans), Joël Ouédraogo (22 ans), Alain Ouédraogo (22 ans)  et le sergent Adama Dabourgou (35 ans), chef du détachement, reposent désormais au cimetière de Gounghin. Ils ont été inhumés devants leurs amis, parents et des autorités au-devant desquelles se trouvait Simon Compaoré, le ministre en charge de la Sécurité intérieure. Ils ont reçu à titre posthume la médaille militaire.

Ces soldats, qui faisaient partie du régiment d’artillerie de Kaya, sont tombés le 12 octobre dernier à Intagom lors de l’attaque du poste avancé de l’armée par des hommes armés. Trois ont trouvé la mort sur place.  Un autre, le sergent Dabourgou, d’abord porté disparu, a été retrouvé quelques jours plus tard. Trois civils ont aussi été tués.

A la fin de la cérémonie, Simon Compaoré a appelé les Burkinabè à se donner la main pour lutter contre le terrorisme. «Nous allons resserrer nos rangs. C’est une lutte pour la vie et nous allons coupler nos efforts. C’est dur, mais nous allons conjuguer nos efforts. Nous enterrons nos morts, mais demain nous serons au front. Le Burkina Faso vivra parce que nous avons la conviction qu’unis, nous sommes plus forts que jamais», a martelé le ministre.

Egalement présent aux obsèques, le général Pingrenoma Zagré, chef d’Etat-major général des armées, a affirmé que l’armée a tiré des leçons de cette attaques et s’attèle à renforcer la protection des hommes sur le terrain. «En ce qui concerne l’attaque d’Intagom, nous avons tiré  des enseignements. Il s’agit, dans un premier temps, de procéder à la réorganisation du terrain. Et cela consiste à réaliser les infrastructures de protection du site. Les travaux ont commencé au lendemain des attaques. Des éléments du génie y sont déployés», assure le général Zagré.

Les capacités du détachement d’Intagom ont été renforcées et des consignes strictes ont été données aux hommes par rapport aux modes d’action des groupes armés terroristes, a ajouté le chef d’Etat-major général des armées.