Aujourd'hui,
URGENT
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire

SOCIETE

Les militaires tués au cours de l’attaque de leur base d’Intagom, au nord du Burkina Faso à la frontière malienne, ont été inhumés ce mardi 18 octobre 2016 à Ouagadougou. 

 

Ainsi, les soldats de 2e classe Amidou  Bationo (22 ans), Joël Ouédraogo (22 ans), Alain Ouédraogo (22 ans)  et le sergent Adama Dabourgou (35 ans), chef du détachement, reposent désormais au cimetière de Gounghin. Ils ont été inhumés devants leurs amis, parents et des autorités au-devant desquelles se trouvait Simon Compaoré, le ministre en charge de la Sécurité intérieure. Ils ont reçu à titre posthume la médaille militaire.

Ces soldats, qui faisaient partie du régiment d’artillerie de Kaya, sont tombés le 12 octobre dernier à Intagom lors de l’attaque du poste avancé de l’armée par des hommes armés. Trois ont trouvé la mort sur place.  Un autre, le sergent Dabourgou, d’abord porté disparu, a été retrouvé quelques jours plus tard. Trois civils ont aussi été tués.

A la fin de la cérémonie, Simon Compaoré a appelé les Burkinabè à se donner la main pour lutter contre le terrorisme. «Nous allons resserrer nos rangs. C’est une lutte pour la vie et nous allons coupler nos efforts. C’est dur, mais nous allons conjuguer nos efforts. Nous enterrons nos morts, mais demain nous serons au front. Le Burkina Faso vivra parce que nous avons la conviction qu’unis, nous sommes plus forts que jamais», a martelé le ministre.

Egalement présent aux obsèques, le général Pingrenoma Zagré, chef d’Etat-major général des armées, a affirmé que l’armée a tiré des leçons de cette attaques et s’attèle à renforcer la protection des hommes sur le terrain. «En ce qui concerne l’attaque d’Intagom, nous avons tiré  des enseignements. Il s’agit, dans un premier temps, de procéder à la réorganisation du terrain. Et cela consiste à réaliser les infrastructures de protection du site. Les travaux ont commencé au lendemain des attaques. Des éléments du génie y sont déployés», assure le général Zagré.

Les capacités du détachement d’Intagom ont été renforcées et des consignes strictes ont été données aux hommes par rapport aux modes d’action des groupes armés terroristes, a ajouté le chef d’Etat-major général des armées.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé