Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

SOCIETE

Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, a fait à la presse, dans la nuit du samedi 15 octobre 2016, le point de sa participation à Lomé (Togo), à la conférence des chefs d’Etat sur « la sécurité et la sûreté maritimes et le développement de l’Afrique ».

 

 

Cette rencontre au sommet a permis aux différents chefs d’Etat et de gouvernement, après la réunion des ministres et des techniciens, de signer une charte sur la question de la sécurité et de la sûreté maritimes en Afrique, a affirmé le Président du Faso.

« Comme vous le savez au niveau des océans et des mers, nous avons le développement non seulement de la piraterie mais nous avons également l’exploitation éhontée des richesses de la mer et des océans par des pays qui ont des moyens supérieurs aux nôtres et enfin, nous avons toutes les questions qui concernent la pollution des mers. Aujourd’hui, il est reconnu que d’ici 2050, si on continue, il y aura plus de plastiques dans la mer que de poissons. Cela veut dire qu’il y a un véritable danger », s’est inquiété le chef de l’Etat.

Il a expliqué qu’il était important que les pays africains se solidarisent pour coordonner leurs actions au plan international sur l’ensemble de ces questions-là.

Le Président du Faso a également apprécié l’importance de la charte en soulignant qu’elle est un grand pas en avant dans le sens de la défense aussi bien des richesses des fonds marins que de la sécurité.

« Vous avez des pays qui sont des zones de traversée, de trafic de drogue, de trafic d’armes mais qui n’ont pas les moyens d’arrêter un seul bateau qui passe par là-bas. Donc il y a un travail collectif à faire et je crois que c’est une grande avancée que nous ayons signé cet accord », a-t-il ajouté.

Quant aux pays de l’hinterland, comme le Burkina Faso, Roch Marc Christian KABORE a affirmé qu’une réflexion est en cours, au niveau des techniciens de l’Union africaine, afin que ces pays puissent signer des « éléments supplémentaires » pour tirer meilleure partie de cette charte.

En marge de cette rencontre de haut niveau, il s’est tenu un mini-sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, autour de la Guinée-Bissau dont le Président Alpha CONDE de la Guinée en est le médiateur entre acteurs politiques : « Cette médiation a été menée, un accord a été signé par toutes les parties et nous avons encouragé le Président Alpha CONDE, à travers la mise en œuvre de cet accord-là. Donc, mandat lui a été donné de poursuivre le travail, qui va consister au choix d’un Premier ministre, à la mise en place d’un gouvernement, à la mise en place d’une plateforme de stabilité pour le pays au regard de la Constitution, des lois électorales et pouvoir préparer des élections dans ce pays en 2018. C’est un travail qui est en cours ».

Le Président Roch Marc Christian KABORE, a dit avoir eu également, en marge de ce sommet, plusieurs rencontres, notamment avec ses homologues du Benin, du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Tchad.

« Les discussions ont porté sur les questions de sécurité qui concernent nos pays et en particulier le Burkina Faso. Cela a été en tout cas une occasion pour nous de rappeler que nous souhaitons que ces pays travaillent à ce que la sécurité du Burkina Faso, comme nous le faisons également pour les autres pays, soit sauvegardée dans les relations que nous avons avec ces pays. Avec le Président Sassou NGUESSO, il s’agissait de faire un tour d’horizon de la situation en Afrique, de la sous-région de l’Afrique centrale Cela a été encore une occasion de réaffirmer les bonnes relations entre nos différents pays », a-t-il expliqué à la presse.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso