Aujourd'hui,
URGENT
Ouagadougou: des conseillers s’opposent aux projets de délibérations du maire Armand Béouindé
Classement FIFA: le Burkina 6è et toujours dans le Top 10 africain
Diplomatie: le magistrat Brahima Séré nommé ambassadeur du Burkina Faso en Turquie.
Diplomatie:  Oumarou Maïga nommé ambassadeur du Burkina Faso en Afrique du Sud.
Diplomatie:  Benoit Kambou, ex-président du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale, nommé ambassadeur du Burkina au Tchad.
Burkina: le 5ème recensement général de la population se tiendra cette année (Conseil des ministres)
Liberia: La présidente sortante Sirleaf dit non à son exclusion du parti (UP), tout en promettant de faire appel de cette décision (koaci.c
Boussé: Un élève blessé par balle, alors qu’il prenait part à une manifestation de soutien aux enseignants
G5 Sahel: la Mauritanie supprime le visa d’entrée imposé aux Burkinabè
Chan 2018: Les Étalons locaux font match nul 0-0 face à l'Angola comptant dans la 1ere journée de la poule D

SOCIETE

L’Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo, en partenariat avec Wascal, entend écrire l’une de ses plus belles pages dans le domaine de la collaboration scientifique. Afin de pouvoir créer le meilleur environnement pour cette coopération, les deux instituts ont procédé le vendredi 4 août 2017 à l’Université de Ouagadougou, à la signature d’un protocole d’accord de la mise en place de l’école doctorale informatique et changements climatiques.


Ce protocole concerne la 11ème école des écoles doctorales et master du Centre ouest africain de service scientifique sur le changement climatique et l’utilisation adaptée des terres (Wascal) qui sera basée à Ouagadougou. La matérialisation de cette école a été possible grâce à l’appui financier de l’ambassade d’Allemagne. Selon la directrice de renforcement des capacités de Wascal, Pr Janet Adelegan, cette école a pour objectif principal de former une masse critique d’africains. «Tous les pays membres de Wascal qui font partis de la Cedeao auront chacun un représentant parmi les étudiants. Nous espérons que ce master contribuera à renforcer l’intégration sous régionale comme cela est le cas dans les autres écoles doctorales et masters», dit-elle. Et, le directeur exécutif Pr Jimmy Adégoké, de préciser que l’objectif de Wascal est de contribuer à réduire les effets dévastateurs du changement climatique.

A écouter le président de l’Université Ouaga I, Rabiou Cissé, cette école qui verra son démarrage effectif à la rentrée prochaine, vient à point nommé. De ses explications, Wascal a estimé que l’Université de Ouagadougou n’avait pas de personnel compétent dans la gestion de base de données en matière climatique et en analyse de ces données climatiques. D’où, la structure Wascal a jugé nécessaire qu’au-delà du centre de compétence, il était utile d’ouvrir cette école doctorale qui démarrera au mois d’octobre. «Cette école qui commencera par un master pour évoluer vers un doctorat, formera des étudiants qui seront compétents en matière informatique et changements climatiques. Chaque pays membre de Wascal enverra un candidat qui sera pris en charge entièrement. Au bout de deux ans, ces étudiants seront titulaires d’un master et auront des compétences sous régionales pour alimenter non seulement le centre de compétence et être au niveau de chaque pays membre de Wascal, une référence en matière de ces données climatiques», a expliqué le président de l’Université.

Il a indiqué par ailleurs que le Burkina Faso a été autorisé à octroyer une dizaine de postes à ceux qui veulent s’inscrire à titre personnel. «L’école doctorale est une réalité aujourd’hui. Le directeur et son adjoint sont nommés et il est question maintenant de trouver le reste du personnel afin qu’à partir du mois d’octobre cela soit une réalité», s’est réjoui M. Cissé.

Même satisfaction du côté du ministre en charge de l’Enseignement, Alkassoum Maïga. «Nous sommes très contents de savoir que Wascal, qui travaille sur ces questions, s’intéresse à notre pays. Ce protocole nous donne l’occasion de développer ici un master lié aux changements climatiques avec des applications informatiques. Ce qui est aussi une avancée importante pour notre système de formation d’enseignement supérieur. Nous ne pouvons que saluer l’initiative d’une telle action», assure-t-il.
Le représentant de l’ambassade d’Allemagne, Cyriaque Sanou, a rassuré les responsables de Wascal de l’appui de l’ambassade pour le bon déroulement des activités de leur plan d’action 2017-2020.

Il est à préciser que, pour pouvoir s’inscrire dans cette nouvelle école doctorale, il faut avoir un profil d’informaticien, une compétence en géographie. Notons aussi que Wascal est une structure inter-gouvernementale qui regroupe 10 pays de l’Afrique de l’ouest et le 11ème pays étant l’Allemagne.