Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire
Burkina: l'armée pilonne des bases terroristes à Pama et à Gayeri (Etat-major)

Le maire de Ouagadougou; Armand Béouindé, devant le camion tueur

SOCIETE

Des corps recouverts de bâches, des morceaux de motos éparpillés sur le bitume, deux motos coincées sous un camion, des cartes de visites sur la chaussée, la police qui établit un périmètre de sécurité…c’est la vision qui s’offrait ce vendredi matin aux usagers du boulevard des Tansoba (la circulaire) ce vendredi 4 août 2017. Ceux qui ont assisté à la scène assurent que le téléphone de l’une des victimes sonnait...


D’après les témoins, le drame s’est produit quand un camion, qui faisait vraisemblablement parti d’un convoi, a entrainé avec lui au moins six motocyclistes qui avaient marqué l’arrêt au feu tricolore du carrefour de l’IDS. Le chauffeur aurait ensuite pris la fuite.

Il y a eu quatre morts, selon un riverain. Plus, selon un autre. C’est finalement le maire de la commune de Ouagadougou, Pierre Armand Béouindé, qui est venu sur les lieux dès qu’il a eu vent de l’accident, qui donnera plus de précisions. «La police vient de m’informer qu’elle a dénombré trois morts. Il y a trois personnes également évacuées à l’hôpital. C’est la situation exacte au moment où je vous parle», a-t-il confié à la presse.

L’enquête de la police dira sans doute ce qui s’est réellement passé. Mais pour certains témoins, le camion n’avait ni freins, ni klaxon pour avertir les usagers arrêtés au feu rouge. C’est ce que semble aussi penser le maire quand il indique que le «drame est dû à un accident de la circulation où nous déplorons trois morts sur le champ, écrasés par un camion qui, vraisemblablement, n’avait pas de système de freinage fonctionnel, avec des roues dans un état qui laisse à désirer».

Il promet de voir avec les forces de l’ordre pour qu’il y ait une «tolérance zéro au niveau de la sécurité routière et par rapport à la surveillance des camions sur nos routes.» Il remercie aussi «les populations riveraines pour leur retenue, leur sens élevé de responsabilité» et assure que les autorités vont «veiller à ce que justice soit rendue au infortunés et que le constat se fasse et que les responsables de cet accident soient poursuivis devant les juridictions».