Aujourd'hui,
URGENT
Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
Zimbabwe : Robert Mugabe destitué de la présidence de son parti, la Zanu-PF.
Nécro : décès ce 18 novembre à Abidjan de Youssouf Ouédraogo, ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères.
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  

SOCIETE

La sphère associative s’élargit avec l’arrivée d’une nouvelle association. Il s’agit de l’Association pour la renaissance d’une citoyenneté nouvelle (A R C N). Ce mardi 1er août 2017 à Ouagadougou, les membres de ladite association ont initié une rencontre avec la presse, première du genre, afin de présenter la nouvelle structure à l’opinion nationale et internationale.


L’ARCN est un regroupement de citoyens déterminés à redonner «un souffle nouveau à notre pays à travers la recherche d’hommes et de femmes à même de servir d’exemples pour les générations montantes et à venir». C’est ce qui ressort de la déclaration du président de l’ARCN, Moussbila Sankara. Pour lui, l’espoir engendré par l’insurrection et la gestion patriotique de la Transition a laissé la place à «une gestion interrogatrice d’un lendemain incertain marqué par des grèves et des sit-in»; «expression réelle du malaise dans la gouvernance du pays», lance-t-il.

En lançant cette structure, selon lui, il sonne le regroupement de tous les patriotes hommes et femmes déterminés à faire du Burkina Faso un grand chantier de développement par tous et pour tous. A l’écouter, la liste des actions-phares est longue mais, dit-il, «nous nous devons de les affronter avec détermination car c’est pour nous la voie à suivre. Notre système éducatif sera rénové dans le but de mettre fin à cette série de formations de chômeurs qui est en place depuis plus de 30 ans. L’appel de Gaoua n’ayant pas été appliqué».

Aux dires du président de l’Association, le changement sociétal est possible si dans nos principes de gestions des ressources humaines, la «jeunesse assume son rôle de fer de lance de la construction nationale; les femmes libérées du joug des pesanteurs sociales». C’est pourquoi, afin de parvenir à la mise en place dans un délai raisonnable de structures adaptées à la nouvelle vision, l’ARCN se forge un creuset et un vivier propices au développement de la nouvelle génération.