Aujourd'hui,
URGENT
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 
Soum: au moins 6 morts dans une nouvelle attaque ce vendredi 17 novembre
Filo 2017: rapprocher le livre du cadre familial
Léo: une personne tuée, 8 millions de FCFA et du matériel militaire emportés dans un braquage (AIB)  
UACO 2017: Les échanges porteront sur les médias sociaux et la formation des opinions en Afrique ( du 16 au 18 novembre)  
Zimbabwe: Morgan Tsvangirai, le chef de l’opposition politique appelle le président Mugabe à rendre le tablier
Etats généraux de la: 983 jeunes réfléchissent sur les freins à l’épanouissement de la jeunesse  
arrondissement 3:  Les militants de l’UPC s’indignent face à la « forfaiture » engagée pour la destitution de l’actuel maire

SOCIETE

IRC Burkina (Centre international de l'eau et de l'assainissement) et ses partenaires tiennent du 26 au 28 juillet 2017 à Ouagadougou, un séminaire de capitalisation sur les expériences de promotion des services d’assainissement familial en milieu rural au Burkina Faso. L’objectif de cette session de 72 heures : présenter et discuter les connaissances et expertises les plus récentes et avancées en matière de promotion d’assainissement familial en milieu rural et semi urbain. L’ouverture des travaux est intervenue ce mercredi 26 juillet 2017.


Ce séminaire, qui connait la participation de tous les acteurs œuvrant dans le secteur de l’assainissement, des élus locaux aux décideurs, se veut donc un cadre de partage de connaissance et d’expertise sur les évolutions et opportunités relatives à l’assainissement familial en milieu rural. Selon l’enquête nationale sur l’assainissement des ménages réalisée en 2010 par le ministère en charge de l’Assainissement, le taux  d’accès à l’assainissement  familial était de 0,8% en milieu rural contre 21,49% en milieu urbain.  Six ans après, soit en 2016, ce taux était de 13,4% en milieu rural contre 34,2% en milieu urbain.

Ces taux sont largement en deçà des attentes car l’objectif fixé par le gouvernement burkinabè et ses partenaires, dans le cadre du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement (PN-AEPA 2006-2015), était 54% en milieu rural et 57% en milieu urbain. Malgré cette faiblesse au niveau des résultats, les organisateurs ont estimé qu’il fallait initier cette plateforme d’échanges afin de voir les aspects positifs et négatifs de l’approche pour rectifier le tir dans les prochains projets.

Assainissement pour tous en 2030

«Malgré ce taux faible, nous ne pouvons passer sous silence les efforts déployés ces dernières années par tous les acteurs du sous-secteur de l’assainissement. Nous avons réalisé 13 points de progrès entre 2010 et 2016, passant d’un taux de 0,8% en 2010 à 12 en 2015 puis 13,4% en 2016 en milieu rural. Ce frémissement mérite d’être décortiqué, analysé pour pouvoir tirer les enseignements pour le défi des Objectifs de développement durable (ODD). En effet, le Burkina Faso s’est doté de nouveaux programmes opérationnels pour la réalisation des ODD, dont le programme spécifique pour l’assainissement, le PNAEUE 2030 dont le défi est majeur car il vise l’accès universel à l’assainissement en 2030»,  a fait savoir Firmin Hilaire Dongobada, le directeur des opérations de IRC Burkina.

Au cours de ce séminaire de trois jours, les participants échangeront et partageront leurs savoir-faire sur un ensemble de 28 communications soumises par 20 organisations réparties en 12 sessions. Les débats seront orientés autours de quatre axes thématiques à savoir l’autodétermination locale, la responsabilité sociale des ressortissants, la marché dynamique des biens et services et la responsabilité communale des services d’assainissement.

Au sortir de ces échanges, les recommandations et les conclusions seront consignées dans un document  de capitalisation qui contribuera «à la mise en œuvre du plan d’actions de gestion des connaissances et apprentissages thématiques dans le secteur de l’eau et de l’assainissement au Burkina» de 2017 à 2020. Ledit document sera adressé, entre autres, aux différents bailleurs de fonds, aux acteurs de mise en œuvre des projets, aux acteurs locaux et nationaux.

110 000 ouvrages d’assainissement réalisés

De l’avis du secrétaire général du ministère de l’Eau et de l’Assainissement, Alassoun Sori, représentant le ministre, ce séminaire vient à point nommé car la faiblesse de capitalisation des expériences empêche d’apprécier et de soutenir les avancées et d’identifier les bonnes  et les mauvaises pratiques afin d’en tirer les bon enseignements. «Ce séminaire constitue vraiment une occasion pour faire  une halte pour tirer les enseignements de toutes les stratégies mises en place afin de voir quels sont les atouts que nous pouvons tirer en vue d’atteindre les nouveaux objectifs de développement durable et surtout avec les objectifs que nous nous sommes fixés dans le cadre du PNDES », a précisé le M. Sori.

Les bailleurs de fonds, à l’image de l’Union européenne, tout en saluant  l’initiative d’un tel séminaire a souhaité qu’il  soit régulier, ce qui contribuera à améliorer la mise en œuvre des programmes sectoriels. Selon Andréa Léone, représentant le chef de la délégation de l’Union européenne au Burkina, son institution dans le cadre de l’assainissement familial en milieu rural a mobilisé la somme cumulée de 20 millions d’euros soit plus de 13 milliards de F CFA. Subvention qui a permis la réalisation de plus de 110 000 ouvrages d’assainissement au profit de plus d’un million de personnes.

Notons que ce présent séminaire a été initié par la plateforme des ONG Wash dont IRC assure la coordination, avec le soutien du ministère en charge de l’Eau et de l’Assainissement. Ladite  plateforme a été créée en 2011 pour partager les expériences en matière de promotion des services d’assainissement