Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

SOCIETE

Les organisations syndicales du ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille menacent d’observer un arrêt de travail de 48 heures à compter du 7 décembre 2016. Dans un préavis de grève adressé au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le Syndicat national des travailleurs de l’action sociale et le comité CGTB exigent la satisfaction de la plate-forme minimale de revendication du Syntas.

 

 

La déclaration du Syntas

DECLARATION DU SYNDICAT DES TRAVAILLEURS DE L’ACTION

SOCIALE (SYNTAS) ET DU COMITE DE LA CONFEDERATION

GENERALE DU TRAVAIL DU BURKINA (CGT-B)

Ouagadougou, le 12 novembre 2016,

L’année 2016 se révèle être un scandale à répétition du point de vue de la gouvernance du Ministère de la femme, de la solidarité nationale et de la famille. Et ceci dans un contexte historique post- insurrectionnel et post-résistance au coup d’Etat de type fasciste de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP). Depuis mars 2016, nos organisations syndicales n’ont eu de cesse de tirer la sonnette d’alarme sur l’agenda déroulé par Le Ministre Laure ZONGO/HIEN et son équipe, aux antipodes non seulement des aspirations du Peuple insurgé, mais également aux visées inavouables et inconciliables à la promotion d’une administration républicaine.

En rappel, la gouvernance du département (pilotage à vue) et les nominations empreintes de favoritisme, d’affairisme et de clientélisme ont été vivement dénoncées et combattues à travers des déclarations, sit-in, conférences de presse, etc. Pendant que nous attendons l’annulation des nominations de complaisance, le conseil des ministres des 26 et 27 octobre 2016, comme par entêtement et sans considération aucune de notre noble combat, procède à la nomination de Monsieur David BEYI, matricule 110829 N, au poste de Secrétaire permanent pour la promotion du genre (SP/CONAP Genre). Cet individu à la situation administrative ambiguë est présenté comme économiste planificateur, 1ère catégorie, Echelle B,

Echelon 4. Que comprendre de cette nomination sinon l’appréhender sous l’angle d’un affront que les autorités du département lancent à nos structures syndicales comme pour nous adresser l’adage « le chien aboie, la caravane passe ». La nomination de Monsieur David BEYI appelle pour notre part les observations suivantes:

Monsieur David BEYI, Agent technique de la statistique, matricule 110829 N, catégorie B2, 1ère classe, 4ème échelon, détaché au SP/CONAP Genre ne saurait être présenté comme économiste planificateur par le conseil des Ministres; Cette nomination traduit la volonté de l’autorité de dévoyer la compétence technique et professionnelle. Par conséquent nous: exigeons l’annulation pure et simple de la nomination de Monsieur David BEYI, au poste de SP/CONAP Genre; appelons les travailleuses et travailleurs, les militantes et militants à se tenir prêts pour un arrêt de travail autour des questions relatives à la gouvernance du ministère et aux préoccupations d’ordre socio-économique.

Tous unis et mobilisés, nous vaincrons !

Solidarité-Combativité-Progrès

Pain et liberté pour le peuple!

Ont signé :

Pour le BN Syntas

Juste Koumara Logobana

Pour le comité CGTB

Cléophas Yamantien Karama

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé