Aujourd'hui,
URGENT
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires

SOCIETE

La 10ème promotion des élèves stagiaires en maintenance des matériels de télécommunication de l’Ecole militaire technique de Ouagadougou (EMTO) a effectué sa sortie officielle de fin de stage ce vendredi 21 juillet 2017 à Ouagadougou. Au total, dix-neuf stagiaires de nationalités diverses dont quatre Burkinabè ont reçu leur Certificat technique du premier degré en maintenance des matériels de télécommunication après 25 semaines de formation. Et, c’est le Nigérien Mahamane Sani, avec une moyenne de 17,10/20, qui est sorti major de cette promotion.


L’objectif du stage visait à faire acquérir les connaissances techniques nécessaires au personnel non officiers en vue de réaliser des actes de maintenance simples. Il avait aussi pour but, selon le directeur des Etudes, le Lieutenant-colonel Fabrice Hetch, de participer aux visites techniques et aux revues, de collaborer à l’instruction du personnel, de diriger une équipe de réparation et d’assumer la fonction d’adjoint au chef d’atelier transmission d’une formation.

Le directeur des Etudes a signifié qu’à travers un marathon de 25 semaines débuté le 30 janvier dernier, les stagiaires ont suivi une formation technique répartie en 3 unités de valeur et 15 modules académiques alternant théorie et pratique. «Pendant plusieurs semaines, nous avons craint d’avoir des échecs mais les stagiaires les plus faibles se sont repris et grâce à leurs efforts, à l’appui de leurs camarades et à l’aide de leurs instructeurs, voire une pédagogie particulière, ils ont réussi à se hisser au niveau requis», a confié le directeur des études. Ces 19 stagiaires sont, selon lui, désormais aptes à occuper cet emploi d’expert au sein de leur formation.

A écouter le délégué de la promotion, Jean Nestor Mayedago, les 25 semaines d’apprentissage ont été bénéfique pour eux. «Nous avons bénéficié de la part des instructeurs, des connaissances sur les matières qui entrent dans la fabrication des composants, les différents types de composants, leurs modes de fonctionnement, les prises de mesures, la manipulation et la programmation des appareils de dépannage, des divers postes émetteurs récepteur, la lecture de schémas de conception des postes émetteurs/récepteurs ainsi que le dépannage de ceux-ci», a-t-il dit. «En plus de cela, nous avons procédé à des installations d’antennes» a-t-il précisé.

Jean Nestor Mayedago a élucidé quelques difficultés rencontrées lors du stage. Il s’agit de la vétusté des tenues d’ateliers et le manque des paires de chaussures, le problème de connexion et le manque de mise à jour des documents.

Pour le major de la promotion, Mahamane Sani, la formation s’est bien passée même si, au début il a éprouvé des difficultés. «Au terme de cette formation, j’ai vraiment acquis des connaissances nécessaires pour être utile à mon pays».

Pour faire preuve de compétence, le directeur des Etudes a demandé aux stagiaires de capitaliser les acquis en approfondissant leurs connaissances et en acquérant davantage d’expériences. «Adjoints à vos chefs d’atelier, vous devriez non seulement faire preuve de compétence dans votre travail quotidien mais, vous devrez aussi vous mettre dans de bonnes conditions techniques et intellectuelles pour préparer vos futures formations», a conseillé le Lieutenant-colonel Hetch.

A noter qu’à compter de ce jour, ce sont 145 stagiaires «radio» qui ont été diplômés à l’EMTO depuis 2000 sur les 155 formés.

 

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé