Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

SOCIETE

Distinguer les œuvres journalistiques qui contribuent clairement à la promotion de technologies innovantes en matière de développement agricole comme moyen de lutte contre la faim et la pauvreté. Voilà l’objectif du prix OFAB 2017, dont le lancement a eu lieu ce vendredi 14 juillet 2017 à Ouagadougou.


Premier du genre à l’échelle continentale et au plan national, le prix OFAB 2017 vise  l’excellence en journalisme sur les biotechnologies agricoles. Cette initiative menée par la Fondation africaine pour les technologies agricoles (AATF), a pour ambition «d’encourager les médias dans la collecte des données, le traitement et la diffusion d’informations sur les avancées scientifiques et les résultats de la recherche agricole à l’endroit du grand public», a souligné Dr Valentin Traoré, coordonnateur OFAB-Burkina.

A travers cette démarche, il s’agira de distinguer des journalistes qui, de par leurs productions, «contribuent à promouvoir et à vulgariser l’information sur l’utilisation des biotechnologies agricoles comme solution durable pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso et en Afrique», foi du Dr Traoré.  

Ainsi, seront prises en compte dans le cadre de ce concours, les œuvres produites et diffusées dans un organe de presse burkinabè paraissant au Burkina Faso ou dans un blog. Il est ouvert à tous les genres rédactionnels, mais à condition que les productions en question aient été diffusées ou publiées de la période allant du 1er janvier au 31 juillet 2017. En ce qui concerne les conditions de participation, Dr Valentin Traoré précise que « peuvent prendre part au concours les journalistes nationaux ou étrangers, les free-lances et les bloggeurs. Les œuvres doivent être réalisées en langue française ou anglaise.»

En outre, après examen des différentes productions qui seront reçues à compter du 25 juillet prochain et ce jusqu’au 10 août 2017, les trois meilleures œuvres journalistiques seront primées au cours d’une cérémonie le 1er septembre. A l’issue de cette étape, « les trois lauréats (nationaux) bénéficieront d’un séjour en Ouganda où leurs productions seront en lice avec celles des lauréats d’autres pays africains pour un prix continental », conclut Dr Traoré.

Pour rappel, le Forum ouvert sur la biotechnologie agricole (OFAB), section du Burkina Faso, est une tribune de promotion -à travers la communication- sur les nouvelles avancées scientifiques et technologiques en matière agricole. Pour atteindre ses objectifs, cette organisation veut favoriser la circulation de l’information « juste ».

C’est dans cette optique que les journalistes présents au lancement du prix OFAB 2017, ont été outillés sur les questions liées à la biotechnologie. En effet, deux communications ont été portées à leur endroit. L’une traitant des «biotechnologies et leurs applications», a été abordée par Dr Oumar Traoré. Et l’autre, a été l’exposé du Dr Emile Bazyomo, évoquant le «journalisme scientifique plus alerte et plus incisif au Burkina Faso».

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé