Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Les populations de Niangoloko se préparent à vivre des moments difficiles, après l’effondrement, le 28 juin 2017, du château d’eau du secteur 5, qui a la plus grande capacité.


Pour l’instant, on ignore les causes réelles de cette chute, mais une chose est sûre, ce château depuis sa construction autour des années 2008, n’a présenté que des signes inquiétants. Il a fallu attendre des années après la fin des travaux pour qu’il soit fonctionnel. A l’époque, on parlait déjà de la qualité des tuyaux utilisés. Il a fallu un autre budget pour reprendre le circuit afin que ce château dont l’importance n’échappe à personne, fonctionne.

En rappel, c’est dans le cadre du projet Vulgarisation des ressources en eau de l’Ouest (VREO) que Niangoloko a bénéficié de cet ouvrage. Malheureusement, moins de cinq années après sa mise en fonction, celui-ci s’est écroulé comme un géant aux pieds d’argile. L’entreprise en charge des travaux est pointé du doigt par les populations qui se demandent à présent qu’elle sera leur sort, déjà qu’avec ces deux châteaux, le problème d’eau était récurent dans la cité de Santa.

Agence d’Information du Burkina