Aujourd'hui,
URGENT
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)

SOCIETE

La police nationale a saisi 2,850 tonnes de pétards lors d’opérations qui se sont déroulées dans la nuit du 2 au 3 décembre. Deux personnes ont aussi été interpellées, selon un bilan dressé ce samedi 3 décembre 2016 lors d’un point de presse par le commissaire central de la ville de Ouagadougou, Irnou Kambiré.

 

 

 A en croire le commissaire Kambiré, c’est dans la nuit du 2 au 3 décembre que des opérations ont été menées par la police dans tous les secteurs de la ville de Ouagadougou, dans des lieux préalablement identifiés. Ces opérations ont permis de saisir 2,850 tonnes de pétards et autres feux d’artifices. Deux personnes sont par ailleurs «retenues» par la police dans le cadre de cette affaire.  La police compte transmettre son rapport «à qui de droit» pour la suite à donner.

Si la police en est arrivée là, assure-t-il, c’est parce que les communiqués du ministre en charge de la Sécurité intérieure invitant les détenteurs de ce type de produis à les déposer auprès des services de sécurité n’ont rien produit comme effet. La police dit même avoir échangé avec les responsables des commerçants sur le sujet, sans succès. «Nous avons malheureusement constaté que, jusqu’à la date du 2 décembre, aucun dépôt de pétards, communément appelés jouets explosifs, n’a été enregistré», regrette le commissaire Kambiré.

conf-police

«Avec la situation sécuritaire qui prévaut, ajoute-t-il, on arrive facilement à assimiler le bruit de ces pétards aux détonations d’armes à feu. Si tout le monde fait exploser des pétards au même moment et qu’il y a une attaque, il sera difficile d’orienter les équipes d’intervention», justifie le commissaire central de Ouagadougou.

Les opérations vont se poursuivre et même s’étendre, prévient la police. Tous ceux qui détiennent des stocks de pétards sont invités à les déposer auprès des commissariats.

DTS

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé