Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: saisie record de 200 tonnes de faux médicaments à Abidjan
Football: le Burkina Faso bat le Soudan du Sud par 2 buts à 1 au titre de la 2e journée des éliminatoires de la CAN 2021
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays

SOCIETE

Prévu pour ce lundi, le procès de Safiatou Lopez, la présidente d’honneur du Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC), a été renvoyé au 16 janvier 2017 dans l’attente de la décision du 1er président de la cour d’appel sur la demande de récusation formulée par les avocats de Mme Lopez contre les juge en charge du dossier.

Safiatou Lopez/Zongo devait comparaitre au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou suite à une plainte du Procureur du Faso pour des propos qu’elle aurait tenu à l’encontre de l’institution judiciaire. Ce lundi matin, son avocat, Me Ambroise Farama, a introduit une requête de récusation contre les juges en charge du dossier. Cette demande de récusation se justifie, selon Me Farama, par le fait que : «dans cette procédure, ce sont les syndicats de magistrats que sont le SMB, le Samab et le SBM qui ont non seulement porté plainte contre Safiatou Lopez, mais ils comparaissent comme partie civile. On se retrouve donc dans un procès dans lequel les juges viennent pour défendre leurs intérêts.»

Par conséquent, les avocats de la prévenue ont demandé la récusation des juges en charge du dossier. En attendant que le 1er président de la cour d’appel ne décide, le tribunal a simplement renvoyé le dossier au 16 janvier prochain. Moriba Traoré secrétaire général du Syndicat burkinabè des magistrats qui représentait la partie plaignante dit avoir pris acte de la décision du juge. Toutefois, il dit être en droit de penser que cette requête est faite dans un «sens dilatoire».

Pour Safiatou Lopez, «tous les magistrats font partie ou sont sympathisants des associations syndicales des magistrats et ne sauraient donc être juges et partie». «Il y a un seul qui n’a pas répondu aux mots d’ordre de grève des syndicats de magistrats. C’est lui seul qui peut juger ce dossier avec impartialité», soutient-elle.

Dans ce procès, Safiatou Lopez Zongo est poursuivie pour menace d’incendie de propriétés de l’Etat (on lui reproche d’avoir menacé d’incendier le palais de justice lors d’une manifestation) devait se tenir ce le 30 septembre 2016.

Abel Azonhandé

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé