Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

A l’issue d’une session plénière ce lundi 5 décembre 2016, les députés ont estimé qu’au regard de la polémique soulevée, les tablettes remises aux députés seront restituées au gouvernement, selon un député CDP joint au téléphone par Fasozine. «C’est une décision souveraine, on ne nous a pas imposé quoi que ce soit», assure ce député.

 

«C’est à l’issue de la session plénière consacrée à la levée de l’immunité parlementaire du député Salifou Sawadogo que le président  a soulevé la question», nous a expliqué ce député du CDP. «Nous avons estimé qu’au regard de la polémique soulevée par ces tablettes, il était bon de les restituer au gouvernement», ajoute-t-il, tout en assurant que «c’est une décision souveraine qui engage les députés, on ne nous a pas imposé quoi que ce soit.»

En rappel, ces 130 tablettes -d’un coût global de 65 millions de FCFA- avaient été remises aux députés le 10 novembre dernier par le ministère du Développement de l’Economie numérique et des Postes. Le hic, c’est qu’elles ont été offertes par Huawei Technologie, qui venait d’arracher un gros marché de plusieurs milliards de FCFA. Pour une partie de l’opinion publique, cela frisait la corruption.

L’affaire avait donc suscité une polémique qui a enflé davantage quand, interpellé sur le sujet le samedi dernier, Salif Diallo, le président de l’Assemblée nationale est sorti de ses gongs pour affirmer qu’il «s’en fout d’où ça vient» de leur provenance et que les députés burkinabè ne pouvaient être corrompus avec des tablettes. En plénière ce lundi matin, les députés ont donc décidé à l’unanimité de restituer ces tablettes qui «créent tant de polémiques».