Aujourd'hui,
URGENT
Brésil: l'ex-président brésilien Lula est sorti de prison après plus d'un an et demi d'incarcération
Burkina: les trois opérateurs mobiles (ONATEL, ORANGE et TELECEL) comptent 19 millions d’abonnés, soit un taux de pénétration de 96%
Burkina: Macky Sall exprime sa solidarité au peuple burkinabè après l'attaque du convoi de la mine de Semafo à Boungou
Mali: le chef djihadiste Amadou Koufa placé sur la liste terroriste américaine
Côte d'Ivoire: Charles Blé Goudé sera jugé par le tribunal criminel à Abidjan
Burkina: les syndicats de la santé suspendent leur mouvement d'humeur engagé depuis plus de 6 mois suite à la reprise des négociations
Burkina: la Brigade spéciale des investigations Anti-terroristes chargée de l’enquête su l'attaque du convoi de la mine de Semafo
Burkina: au moins 37 morts dans une attaque terroriste contre un convoi de la société minière de Boungou (Semafo) à l'Est
Burkina: le député Daouda Simboro démissionne de son poste de député à l'Assemblée nationale
Climat: les États-Unis officialisent leur sortie de l'accord de Paris sur le climat

SOCIETE

Le Syndicat des travailleurs de l’action sociale (Syntas) appelle ses militants à observer un arrêt de travail de 48 heures à compter du 7 décembre 2016. Ce lundi en conférence de presse, ils ont exposé leurs revendications.

 Le Syntas dénonce «le pilotage à vue» du département en charge de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille et «les nominations empreintes de favoritisme, d’affairisme et de clientélisme.» Ce sont les nominations des Secrétaires permanents à la promotion du genre (Conap/Genre), au Conseil national de lutte contre la pratique de l’excision (CNLPE) et au Conseil national de secours d’urgence (Conasur) qui a été les gouttes d’eau de trop. «Des nominations ont été faites que nous avons jugé complaisantes», explique Juste Koumara Logobana, le secrétaire général du syndicat, qui réclame leur annulation.

Les travailleurs réclament également  la mise en œuvre des conclusions du comité interministériel qui s’est chargé d’examiner la question de la reconstitution des carrières des travailleurs des ex garderies et un statut particulier, conformément à ce que dit la loi 081. «Il y a également que nous demandons qu’on nous rétablisse notre indemnité spéciale d’accueil et de permanence qui a été injustement supprimée en 2011 », ajoute M. Logobana.

Qu’en est-il de la trêve sociale demandée par le président du Faso dans son discours à l’occasion de l’an II du soulèvement populaire ?  «Moi quand j’ai suivi, c’est comme si on intimait l’ordre aux travailleurs d’observer une trêve. Et ce n’est pas par médias interposés qu’on impose une trêve sociale. Si on veut de la trêve sociale, il y a des gages quand même que l’on doit prendre entre partenaires», répond…

Le Syntas prévient: si à l’issue des deux jours de grève les lignes ne bougent pas, il passera à la vitesse supérieure.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé