Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

La coordination des comités de la confédération générale du travail du Burkina (CGT-B) des péages vient de suspendre son mot d’ordre de grève. Cette information a été rendue publique au cours d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou, ce mercredi 7 juin 2017. Cette décision, foi des premiers responsables de la structure syndicale, fait suite aux espoirs suscités au lendemain de la rencontre entre le gouvernement et la coordination.


« Nous avons été informés qu’une suite a été donnée aux travaux du comité chargé de mener la réflexion sur les perspectives de gestion du péage.(…) Nous avons été assurés que le dossier a connu une avancée (…) et qu’il a même reçu un avis favorable ». Ces propos de Hubert Sawadogo, secrétaire général de la coordination des comités CGT-B des péages, constituent la raison pour laquelle le mot d’ordre de grève est suspendu. 

Par ailleurs, soulignant que ces informations vont dans le sens des attentes des travailleurs des péages, M. Sawadogo et ses camarades disent ne pas être totalement convaincus. C’est pourquoi, « nous avons préféré suspendre et non lever le mot d’ordre jusqu’au 30 juin prochain ».

Les échanges avec le gouvernement qui semblent satisfaire les agents des péages ont été menés autour des questions relatives au transfert de la gestion du péage à un établissement public existant ou à un autre public à créer.

En rappel, cette énième grève était prévue pour se tenir du 8 au 15 juin 2017. La coordination CGT-B des péages, comptait à nouveau revendiquer sur les points portant annulation de la privatisation des postes de péage. Ainsi que la question du statut des agents et enfin que l’on se penche sur le plan de carrière des agents.