Aujourd'hui,
URGENT
Procès Putsch: le parquet militaire requiert la prison à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé. 
Procès Putsch: le parquet militaire demande la destitution des généraux Diendere et Bassole de leur grade. 
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité

SOCIETE

Des dizaines de mineurs clandestins, Burkinabè pour la plupart, ont été arrêtés ces derniers jours en Guinée pour s’être livrés à l’exploitation artisanale de l’or, une activité interdite par les autorités, selon des médias guinéens.


Les orpailleurs burkinabè « sont très nombreux à avoir été arrêtés et incarcérés à la prison centrale de Siguiri ou dans les brigades de gendarmerie et de police de la ville », témoigne Hamidou Zoungrana M. Zoungrana, un orpailleur burkinabè installé à Doko, près de Siguiri, zone aurifère située au Nord-Est de la Guinée. Leur nombre serait de « cent à deux cents personnes ».

Une source policière confirme: « Beaucoup de ressortissants burkinabè ont été arrêtés et détenus à la prison civile de Siguiri en attendant d’être expulsés. Ils ne comprennent pas que cette exploitation artisanale de l’or a été interdite par les autorités guinéennes depuis trois ans ».

« Les Burkinabè en fait ont une expérience dans l’exploitation de l’or qui est assez poussée, mais qui viole beaucoup l’environnement parce qu’ils utilisent assez de bois dans leurs chenaux dans le sous-sol », détaille pour sa part Akoumba Diallo, consultant et membre de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives. « Vous savez aussi que Kankan est une zone sahélienne. Donc les gens ont estimé que cela était une violation des règles établies. Mais en plus, c’est que ces gens-là ne sont pas répertoriés pour qu’ils paient les taxes comme il se doit », ajoute-il.

La police précise qu’outre les Burkinabè, des Maliens, des Ghanéens, des Béninois et des Sénégalais s’adonnent depuis plusieurs années à l’orpaillage « sans être inquiétés » et que « cette fois, les autorités guinéennes sont décidées à mettre fin à cette activité ».

En décembre 2015, près de 240 Burkinabè avaient déjà été rapatriés de Guinée Conakry en provennance de Siguiri où ils s’adonnaient à diverses pratiques d’exploitations de l’or.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé