Aujourd'hui,
URGENT
Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat (RFI)
Burkina: une production record de 52, 662 tonnes d’or en 2018 (Officiel)
Algérie: le chef de l'armée demande à ce que le président Bouteflika soit déclaré inapte (RFI)
Burkina: le Syndicat de la santé humaine et animale en grève de 48 h à compter du 17 avril 2019 (préavis)
Brexit: Theresa May perd le contrôle de la Chambre des communes
Soum: un passager blessé dans un attentat à la mine (AIB)
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc

SOCIETE

Des dizaines de mineurs clandestins, Burkinabè pour la plupart, ont été arrêtés ces derniers jours en Guinée pour s’être livrés à l’exploitation artisanale de l’or, une activité interdite par les autorités, selon des médias guinéens.


Les orpailleurs burkinabè « sont très nombreux à avoir été arrêtés et incarcérés à la prison centrale de Siguiri ou dans les brigades de gendarmerie et de police de la ville », témoigne Hamidou Zoungrana M. Zoungrana, un orpailleur burkinabè installé à Doko, près de Siguiri, zone aurifère située au Nord-Est de la Guinée. Leur nombre serait de « cent à deux cents personnes ».

Une source policière confirme: « Beaucoup de ressortissants burkinabè ont été arrêtés et détenus à la prison civile de Siguiri en attendant d’être expulsés. Ils ne comprennent pas que cette exploitation artisanale de l’or a été interdite par les autorités guinéennes depuis trois ans ».

« Les Burkinabè en fait ont une expérience dans l’exploitation de l’or qui est assez poussée, mais qui viole beaucoup l’environnement parce qu’ils utilisent assez de bois dans leurs chenaux dans le sous-sol », détaille pour sa part Akoumba Diallo, consultant et membre de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives. « Vous savez aussi que Kankan est une zone sahélienne. Donc les gens ont estimé que cela était une violation des règles établies. Mais en plus, c’est que ces gens-là ne sont pas répertoriés pour qu’ils paient les taxes comme il se doit », ajoute-il.

La police précise qu’outre les Burkinabè, des Maliens, des Ghanéens, des Béninois et des Sénégalais s’adonnent depuis plusieurs années à l’orpaillage « sans être inquiétés » et que « cette fois, les autorités guinéennes sont décidées à mettre fin à cette activité ».

En décembre 2015, près de 240 Burkinabè avaient déjà été rapatriés de Guinée Conakry en provennance de Siguiri où ils s’adonnaient à diverses pratiques d’exploitations de l’or.

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé