Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le parti politique "Le Faso Autrement" admis au sein du Réseau Libéral Africain en qualité de membre observateur. 
Burkina: l’opposition politique dénonce "l’activisme politique" du Médiateur du Faso et interpelle le chef de l'Etat. 
Burkina: les agents des péages annoncent une grève du 27 février au 1er mars 2020. 
Burkina: plus d’un milliard de dollars, c’est le montant que la Banque mondiale entend apporter pour soutenir les efforts de développement.
Burkina: la Banque mondiale accorde une enveloppe supplémentaire de 700 millions de dollars pour faire face au défi sécuritaire.   
Kourwéogo: la population en colère saccage le Centre de Laye pour mineurs en conflit avec la loi après le décès suspect d’une élève. 
Soum: des agents de l'Office national d'identification (ONI) blessés le 18 février  2020 dans une attaque à Kelbo (communiqué). 
Burkina: au moins 3 soldats ont perdu la vie dans une attaque terroriste mardi 18 février 2020 à Kelbo (Région du Sahel).   
Fasofoot:  l'Asfa-Y rompt son contrat avec son entraîneur, Boureima Kaboré, après le nul contre l'EFO. 
Burkina Faso : Morgan Henry, un sergent-chef de Barkhane retrouvé mort dans son campement le 16 février. Cause inconnue, enquête ouverte. 

SOCIETE

Dans le courant de la journée du mercredi 19 avril 2017, la gendarmerie nationale du Burkina Faso a interpellé plusieurs cadres dirigeants de CIM Métal Group, dont Inoussa Kanazoé, président et fondateur du groupe. Ce lundi 24 avril, des commerçants ont manifesté devant le palais de justice de Ouagadougou pour réclamer sa libération.


Selon Ibrahim Ouédraogo dit Akim, élu consulaire et membre de la Commission d'accompagnement et du développement du secteur informel, nul n'est au-dessus de la loi et ce n'est pas Inoussa Kanazoé qui en ferait l'exception. Toutefois, il dit être contre la manière dont M. Kanazoé a été interpellé. Pour les manifestants, même un délinquant mérite mieux que le traitement subit par le P-DG de CIM Métal Group qui, selon eux, est un investisseur important du Burkina Faso qui mérite à ce titre un traitement meilleur. «M. Kanazoé n'est pas un délinquant ni un terroriste pour qu'on le traite de la sorte. Nous exigeons sa libération pure et simple. Sinon, nous allons paralyser toutes les activités commerciales sur l'ensemble du territoire national», a martelé M. Ouédraogo.

Avant de se rendre au grand marché, les manifestants ont d'abord adressé une motion à Mme le procureur du Faso. «Nous avons été reçus par Mme le procureur qui nous a accordé une oreille attentive», a témoigné M. Ouédraogo. Mais en attendant, les protestataires entendent manifester pendant 48 heures à compter de ce lundi avant de passer à la vitesse supérieure. Signalons qu'en plus de M. Kanazoé, plusieurs autres personnes ont été interpelées.

Il s'agit notamment de Poco Tapsoba, directeur général du groupe, Inoussa Kaboré, directeur Afrique et directeur général de l’usine de ciment «CIMFASO», Abibata Zerbo née Koanda, assistante de direction.


Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé