Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

SOCIETE

Dans le courant de la journée du mercredi 19 avril 2017, la gendarmerie nationale du Burkina Faso a interpellé plusieurs cadres dirigeants de CIM Métal Group, dont Inoussa Kanazoé, président et fondateur du groupe. Ce lundi 24 avril, des commerçants ont manifesté devant le palais de justice de Ouagadougou pour réclamer sa libération.


Selon Ibrahim Ouédraogo dit Akim, élu consulaire et membre de la Commission d'accompagnement et du développement du secteur informel, nul n'est au-dessus de la loi et ce n'est pas Inoussa Kanazoé qui en ferait l'exception. Toutefois, il dit être contre la manière dont M. Kanazoé a été interpellé. Pour les manifestants, même un délinquant mérite mieux que le traitement subit par le P-DG de CIM Métal Group qui, selon eux, est un investisseur important du Burkina Faso qui mérite à ce titre un traitement meilleur. «M. Kanazoé n'est pas un délinquant ni un terroriste pour qu'on le traite de la sorte. Nous exigeons sa libération pure et simple. Sinon, nous allons paralyser toutes les activités commerciales sur l'ensemble du territoire national», a martelé M. Ouédraogo.

Avant de se rendre au grand marché, les manifestants ont d'abord adressé une motion à Mme le procureur du Faso. «Nous avons été reçus par Mme le procureur qui nous a accordé une oreille attentive», a témoigné M. Ouédraogo. Mais en attendant, les protestataires entendent manifester pendant 48 heures à compter de ce lundi avant de passer à la vitesse supérieure. Signalons qu'en plus de M. Kanazoé, plusieurs autres personnes ont été interpelées.

Il s'agit notamment de Poco Tapsoba, directeur général du groupe, Inoussa Kaboré, directeur Afrique et directeur général de l’usine de ciment «CIMFASO», Abibata Zerbo née Koanda, assistante de direction.