Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

SOCIETE

Les agents du Syndicat autonome du Trésor du Burkina Faso (SATB) sont hors de leurs bureaux depuis ce matin du 24 avril et ce, jusqu’au 26 avril prochain. Ils observent un sit-in de 72 heures sans service minimum sur toute l’étendue du territoire. Ces agents exigent la satisfaction totale de leur plateforme revendicative minimale déposée devant les autorités depuis 2016.


Malgré les négociations avec le gouvernement, le SATB maintient ce sit-in pour exiger la satisfaction totale de sa plateforme revendicative minimale, a laissé entendre le secrétaire général adjoint de la section de Koulouba, Harouna Sawadogo. De ses explications, il ressort que la plateforme a été déposée depuis 2016 mais sans suite favorable. «Elle a été déposée depuis 2016 et jusqu’à présent nous avons tenu à rappeler au gouvernement la satisfaction de notre plateforme et à nos jours rien n’a été fait; donc, nous tenons à aller en mouvement pour leur signifier notre détermination à satisfaire nos revendications», a-t-il justifié.

Concernant les conséquences que ce sit-in sans service minimum pourrait engendrer au niveau du fonctionnement de l’Etat ou de ses institutions, M. Sawadogo a indiqué que le gouvernement a été prévenu pour éviter ce disfonctionnement. Mais, il a précisé que les salaires des fonctionnaires ne seront pas pris en otage. «Nous tenons à dire que en ce qui concerne les salaires des travailleurs, nous allons prendre des dispositions pour qu’ils soient payés dans les meilleurs délais», a-t-il lancé.

S’agissant de leur plateforme revendicative, le Harouna Sawadogo a notifié qu’au départ, c’était une plateforme générale de 32 points qui a été réduite en 19 points pour demander la satisfaction de ces 19 points. Et c’est dans cette plateforme revendicative minimale, que le SATB exige entre autres l’institution d’un statut autonome pour l’agent du Trésor, l’établissement d’un plan de carrière pour les agents du Trésor et l’opérationnalisation des trésoreries principales dans les 45 provinces du pays.

«Si après ce sit-in de 72 heures nous n’obtenons pas satisfaction, d’autres mesures viendront par la suite pour renforcer la détermination de notre mouvement. Par conséquent, nous demandons au gouvernement de se pencher sérieusement sur nos préoccupations afin de les satisfaire» a conclu le secrétaire général du SATB.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé