Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: la CS-MEF reconduit son mot d’ordre de grève du 25 au 29 juin 2018
Indonésie: le prédicateur extrémiste Aman Abdurrahman condamné à mort (RFI)
RDC: les Etats-Unis annoncent des sanctions contre des officiels congolais
Ouagadougou: plus de 200 blogueurs et web-activistes venus d’une quarantaine de pays sont actuellement en sommet du 22 au 23 juin
Burkina: le président du Faso a décidé d'institutionnaliser le Forum national des personnes vivant avec un handicap
Cameroun: 81 policiers et militaires tués dans la crise anglophone (RFI)
Ouagadougou: une Conférence internationale se tiendra les 9 et 10 juillet 2018 sur la mise en œuvre du PNDES 
Niger: la Cour constitutionnelle a déchu l‘opposant Hama Amadou de sa qualité de député (RFI)
Terrorisme: 146 individus activement recherchés par les forces de sécurité et de défense (officiel)
Mali: le ministre de la Défense confirme l'existence de fosses communes dans la région de Nantaka et Kobaka près de Mopti

SOCIETE

Un soldat français des forces spéciales, soupçonné d'attouchements sexuels sur deux fillettes franco-burkinabè de trois et cinq ans en 2015 quand il était en mission au Burkina Faso, sera jugé mardi au tribunal correctionnel de Paris.



En juin 2015, ce soldat de l’opération Barkhane au Sahel était en repos avec un collègue au bord de la piscine d’un hôtel de Ouagadougou. Les deux hommes ont commencé à boire très tôt dans la journée, avant de sympathiser avec une Française habitant au Burkina, venue à la piscine avec ses filles de 3 et 5 ans.

La Française les convie ensuite à manger des crêpes chez elle. Elle finira par leur demander de partir après avoir surpris plusieurs fois le prévenu dans la chambre de sa fille où il avait prétexté la consoler d’un cauchemar.

Ce n’est que le lendemain que la mère découvre que l’un des deux hommes a oublié une caméra portative GoPro. Elle visionne les images et découvre des scènes filmées sous l’eau où l’on voit des attouchements sexuels sur chacune des fillettes. Elle se rend alors à l’ambassade de France pour y dénoncer les faits.

Une enquête de commandement avait été déclenchée par le chef d'état major français des armées. En parallèle, la justice burkinabè avait été saisie par l'ambassadeur de France à Ouagadougou.