Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

Photo d'archives

SOCIETE

Le collectif CGT-B (Confédération général du travail du Burkina), était en assemblée générale ce jeudi 23 mars 2017. C’est la Bourse de travail de Ouagadougou, qui a servi de cadre pour cette rencontre. L’objectif à ce rendez-vous était d’informer l’ensemble des militants du collectif sur l’état d’avancement des discussions sur la question de l’ Impôt unique du traitement salarial (IUTS).


Cette rencontre qui s’est tenue à la veille de celle prévue entre membres d’l’UAS (Unité d’action syndicale), visait essentiellement à informer les militants à la base sur une question en discussion en ce moment et qui revêt une importance pour l’ensemble des travailleurs. Il s’agit de celle relative à l’IUTS sur les primes et indemnités de ces derniers. Initialement, cette disposition s’adressait aux salariés du secteur privé. Mais depuis peu, le gouvernement aurait manifesté le souhait de l’étendre aux travailleurs du public, ce que le collectif CGT-B rejette.

Pour mener à bien son combat, ce collectif entend mener des tractations entre les responsables et les membres, pour définir la réaction à adopter dans pareil cas. C’est ce qui ressort des propos de Norbert Ouangré, secrétaire général adjoint du collectif. 

Pour celui-ci donc, les divergences existant entre structures syndicales sur la question  sont de simples désaccords : « Ce n’est pas une division. Pour preuve, ce n’est pas la première fois qu’au sein de l’UAS on n’arrive pas à s’accorder sur une situation. Mais ce qu’il faut retenir c’est que, quand c’est ainsi, chaque organisation assume sa position».  Norbert Ouangré estime qu’il est tout à fait normal que des prises de positions contradictoires arrivent entre les syndicats.

Par ailleurs, il manifeste le souhait que le gouvernement réponde favorablement à leurs revendications initiales. «Nous voulons l’exonération de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé, étant entendu que jusque-là, les travailleurs du public sont épargnés.»

Toutefois, pour M. Ouangré, il y a bon espoir que cela aboutisse, du moment où le débat sur la question est loin d’être épuisé au niveau de l’UAS. D’où le fait que « nous allons continuer à discuter et il y a des chances qu’on arrive à s’accorder là-dessus », conclu-t-il.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé