Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Photo d'archives

SOCIETE

Le collectif CGT-B (Confédération général du travail du Burkina), était en assemblée générale ce jeudi 23 mars 2017. C’est la Bourse de travail de Ouagadougou, qui a servi de cadre pour cette rencontre. L’objectif à ce rendez-vous était d’informer l’ensemble des militants du collectif sur l’état d’avancement des discussions sur la question de l’ Impôt unique du traitement salarial (IUTS).


Cette rencontre qui s’est tenue à la veille de celle prévue entre membres d’l’UAS (Unité d’action syndicale), visait essentiellement à informer les militants à la base sur une question en discussion en ce moment et qui revêt une importance pour l’ensemble des travailleurs. Il s’agit de celle relative à l’IUTS sur les primes et indemnités de ces derniers. Initialement, cette disposition s’adressait aux salariés du secteur privé. Mais depuis peu, le gouvernement aurait manifesté le souhait de l’étendre aux travailleurs du public, ce que le collectif CGT-B rejette.

Pour mener à bien son combat, ce collectif entend mener des tractations entre les responsables et les membres, pour définir la réaction à adopter dans pareil cas. C’est ce qui ressort des propos de Norbert Ouangré, secrétaire général adjoint du collectif. 

Pour celui-ci donc, les divergences existant entre structures syndicales sur la question  sont de simples désaccords : « Ce n’est pas une division. Pour preuve, ce n’est pas la première fois qu’au sein de l’UAS on n’arrive pas à s’accorder sur une situation. Mais ce qu’il faut retenir c’est que, quand c’est ainsi, chaque organisation assume sa position».  Norbert Ouangré estime qu’il est tout à fait normal que des prises de positions contradictoires arrivent entre les syndicats.

Par ailleurs, il manifeste le souhait que le gouvernement réponde favorablement à leurs revendications initiales. «Nous voulons l’exonération de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du privé, étant entendu que jusque-là, les travailleurs du public sont épargnés.»

Toutefois, pour M. Ouangré, il y a bon espoir que cela aboutisse, du moment où le débat sur la question est loin d’être épuisé au niveau de l’UAS. D’où le fait que « nous allons continuer à discuter et il y a des chances qu’on arrive à s’accorder là-dessus », conclu-t-il.