Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

SOCIETE

Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (Snaid), qui a entamé une grève de 120 heures depuis le 20 mars dernier, était face à la presse ce mardi 21 mars 2017 à Ouagadougou. L’objectif était de donner la «bonne information» au peuple burkinabè sur la grève en cours.


Selon le secrétaire général, Nongo Grégoire Traoré, après la suspension de son mot d’ordre de grève en décembre dernier, le Snaid a été reçu en audience le 23 décembre par le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba. En fin janvier 2017, le Premier ministre devait les recevoir avec des propositions de solutions mais «à l’échéance, le Snaid n’a reçu aucun signe de la partie gouvernementale», déplore M. Traoré.

A l’en croire, ce n’est que le 8 février 2017 que des négociations autours des propositions à la plateforme minimale se sont ouvertes entre le Snaid et la Commission technique de négociation instituée par le PM. Mais, le Snaid a suspendu sa participation aux négociations parce qu’il s’est rendu compte dit-il, du «dilatoire» et du «refus manifeste» du gouvernement de se pencher sur les préoccupations des travailleurs des impôts, d’où le rétablissement du mot d’ordre de grève de 120 heures qui couvre la période du 20 au 24 mars sur toute l’étendue du territoire national.

Entre temps, le syndicat a été ce même mardi par le ministre en charge de la Fonction publique qui considère que la grève du Snaid est inopportune et lui demande de la suspendre avant toutes négociations. «C’était tout simplement une rencontre de mépris et de menaces», s’indigne M. Traoré qui estime que «les autorités font du dilatoire». «Le manque de ressources financières invoqué à longueur de journée par le gouvernement est juste un discours politique qui cache à peine l’absence de volonté du gouvernement à s’attaquer aux problèmes des travailleurs et du peuple burkinabè», a conclu le secrétaire général du Snaid.