Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

Ph: DCPM/MS

SOCIETE

Les fondateurs d’établissement d’enseignement secondaires sont inquiets de la situation sécuritaire dans le nord du Burkina Faso. Ils sont allés partager ces inquiétudes avec le ministre d’Etat, ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, qui les a reçus en audience le lundi 20 mars 2017.


C’est une délégation de l’Union nationale des établissements d’enseignement privé laïc qui a échangé avec le ministre. Selon la direction de la communication du ministère en charge de la Sécurité, ils sont venus exprimer leurs vives préoccupations face à la situation sécuritaire qui prévaut dans cette province de la région du Sahel.  « Nous sommes venus voir monsieur le Ministre d’Etat pour partager les inquiétudes de nos membres par rapport à la situation sécuritaire dans le Soum. Nous repartons avec l’impression que notre démarche a été utile parce que face à cette situation, tous les Burkinabè sont interpellés, et la solution ne peut venir que d’un sursaut d’abord de notre part. Voilà pourquoi, nous avons entrepris cette démarche pour nous assurer que nous avons la même compréhension et même lecture de la situation, et surtout les dispositions qui doivent être prises pour arriver à une solution », a déclaré le président de l’Union nationale des établissement d’enseignement privé laïc, Issa Compaoré.

Le ministre  Simon Compaoré, qui a prêté une oreille attentive aux préoccupations de ses hôtes selon la DCPM, a salué à sa juste valeur cette démarche qui a permis une concertation directe.
Rappelons que la psychose règne dans les écoles de la partie nord du pays depuis que le vendredi 3 mars dernier, deux individus non encore identifiés, ont abattu un enseignant du nom de Salifou Badini et un parent d’élève au sein de l’école de Kourfayel.

Avant cela, fin janvier, des individus armés ont enjoint  aux enseignants des écoles de Pétega (CEB de Diguel), de Pélem-Pélem et de Lassa (CEB de Baraboulé) dans la province du Soum, de dispenser les cours en arabe en lieu et place du français.

La phobie engendrée par ces menaces avait poussé les autorités, le ministre en charge de l'Education en tête, à s’y rendre pour rassurer les enseignants sur les dispositions prises pour leur sécurité. Malgré tout, des enseignants dans certaines circonscriptions ont suspendu les cours pour  revendiquer une meilleure sécurisation de  cette zone frontalière du Mali, confrontée à la montée du terrorisme, exigeant une meilleure  sécurisation de la zone avant toute reprise des cours.