Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

L’école B de Baraboulé, localité située à 30 km de la ville de Djibo, province du Soum (Région du Sahel) a pris feu hier mardi 14 mars 2017. Selon des informations des autorités locales et des habitants, ce sont les quatre classes de cette école sous paillote qui auraient été consumés par les flammes dans la nuit.

Les causes de cet incendie n’ont pas encore été élucidées lorsque nous bouclions ces lignes. Et contrairement à des informations véhiculées hier, aucun enlèvement de personne n’a eu lieu.  «Il n’y a pas eu de coup de feu ni de perte en vie humaine », ont rapporté nos confrères de la radio Oméga, citant des habitants de la localité.

La partie Nord de notre pays est en proie à des menaces terroristes depuis plus d’une année. Les commissariats de police de districts de Baraboulé et de Tongomayel, avaient été attaqués dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 février 2017 par de prséumés terroristes.  Le 3 mars dernier, le directeur d'une école et un habitant ont été tués dans la localité de Kourfayel (7 kms de Djibo), après que des individus eurent menacé des enseignants de la région en fin janvier, les sommant d'enseigner l'arabe à la place du français. L'acte aurait été commis par des individus armés non identifiés.