Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

SOCIETE

Le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) lève son mot d’ordre de grève annoncé pour ce mardi 14 mars 2017. C’est du moins ce qui résulte de la rencontre tenue ce lundi 13 mars 2017, entre le syndicat et le gouvernement. Selon le Syntsha, «le gouvernement a pris en compte l’ensemble des points constituant la plateforme revendicative».


Les échanges entre le gouvernement représenté par les ministres de la Santé, des Ressources animales et de la Fonction publique, en vue d’aboutir à une conciliation à travers la signature d’un protocole d’accord avec le Syntsha, aura duré plus de temps que prévu. Démarrée à 15h, c’est tard dans la nuit que la fumée blanche est sortie de la salle de réunion du ministère de la Santé.

A en croire l’ensemble des personnes ayant pris part à cette rencontre, les choses se sont passées dans un bon esprit, où régnait un respect mutuel. Il a fallu passer au peigne fin les 65 points visant à améliorer les conditions de travail des travailleurs, les infrastructures, le plan de carrières des agents, leurs motivations, leur sécurité, la participation du Syntsha à la gestion et la vie des structures de santé.

Au terme des pourparlers, Pissyamba Ouédraogo, secrétaire général national du Syntsha, a bien voulu être assez clair à travers sa déclaration : «A l’instant même, nous venons de signer un protocole d’accord après de multiples jours de négociation avec le gouvernement. Et la suite, nous avons dit, en tant que syndicat, sur la base du protocole que nous venons de signer, nous allons lever notre mot d’ordre de grève et nous nous engageons avec le gouvernement à mettre en œuvre les points d’accord qui sont effectivement contenus dans le texte qui vient d’être signé.»

Cependant, le Syntsha a regretté le traitement qui lui a été réservé avant les négociations. Toutefois, il a tenu à saluer l’engagement du gouvernement, quant à la résolution de certains points. Tel est le cas de la question relative à l’amélioration de l’allocation indemnitaire des travailleurs. Pour le gouvernement, l’indemnité de risque et les taux indemnitaires seront discutés dans le cadre de la fonction publique hospitalière, et pour la santé animale, dans le cadre du processus de relecture de la grille indemnitaire en vigueur conduit par le Premier ministère.

De ces échanges ayant conduit à la signature du protocole d’accord ce 13 mars, on retient également que le Centre médical avec antenne chirurgicale de Pissy sera transformé en hôpital de district de Boulmiougou, tout comme l’ex Centre hospitalier régional de Ouahigouya. Cependant, il sera procédé à la construction d’un nouvel hôpital de grande capacité à Ouagadougou du côté de Bassinko, mais aussi un nouvel hôpital universitaire verra le jour du côté de Bobo-Dioulasso. Enfin, se référant à l’accord signé, des discussions seront entamées pour que la gratuité des soins soit effective au CMA Paul VI.
Tout en saluant le comportement du Syntsha dans le règlement de ces questions, le gouvernement promet de résoudre le problème qui mine la Centrale d’achat des médicaments essentiels génériques (Cameg).

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé