Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Photo de famille avec les pensionnaires du centre

SOCIETE

Le personnel féminin de la Loterie nationale burkinabè (Lonab), a procédé ce  mardi 7 mars 2017 à la remise d’un don aux femmes atteintes de fistules obstétricales pris en charge par la Fondation Rama. Ce don d’une valeur de plus d’un million de francs CFA est constitué de vivres, de savons et de pagnes. Ce qui permettra à la fondation dirigée par Rasmata Kabré de prendre en charge les femmes victimes de fistules obstétricales et de prolapsus internées dans son centre d’accueil sis à Sabtoana, un village de la commune rurale de Komsilga.

Pour ce 8-mars 2017, la célébration a été placée sous la thématique de « la valeur morale de la personne humaine: responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes ».

Ces femmes étant pour la plupart rejetées de la société à cause de leurs fuites d’urines et de leurs selles, sont internées dans ledit centre où elle bénéficie de l’hébergement et de la restauration. Pour leur redonner le gout à la vie, le centre avec ses partenaires prend en charge les opérations chirurgicales de ces femmes.

C’est pour marquer leur désaccord contre cette exclusion que les femmes de la « Nationale des jeux du Hasard », ont décidé de venir en aide aux femmes atteintes de fistules internées chez la Fondation Rama, qui sont pour la plupart rejetées par leurs familles. La présente contribution aidera un tant soit peu à la prise en charge de ces femmes exclues socialement de par leur mal.

« Cette année, notre choix s’est porté sur la Fondation Rama et c’est dans ce sens que nous avons mis ensemble nos efforts pour apporter un petit réconfort pour qu’elles puissent quand même passer un agréable 8-mars », a indiqué Mariam Sow,  porte parole des femmes de la Lonab et représentant de  Lucien Carama, le directeur général de la Lonab.

Pour la coordinatrice de la fondation, Rasmata Kabré ce don lui va droit au cœur à tel point qu’elle ne sait quel mot utilisé pour exprimer sa joie.« C’est un grand merci que j’adresse aux femmes de la Lonab parce qu’elles ont beaucoup pensé à leurs sœurs, leurs filles et elles sont venues vraiment pour les soutenir. Cela nous va droit au cœur et au nom de toutes les pensionnaires et de mes collaborateurs, nous disons un grand merci aux femmes de la Lonab et que l’année prochaine, elles reviennent nous aider », a laissé entendre la responsable du centre.  

Outre cela, Mme Kabré a indiqué à l’assistance que parmi les femmes atteintes de fistules il n’y a pas que des femmes rurales mais des femmes intellectuelles. Allant dans ce sens, elle a donc invité chaque femme à être le relais de ces femmes malades auprès de leurs communautés afin que le soutien soit permanent.

Témoignage de deux pensionnaires, visite guidée des locaux et signature du livre d’or ont mis fin à cette remise de don. Les femmes de la Lonab qui se constitueront bientôt en amicale ont promis de revenir soutenir ces femmes... Le centre de la Fondation Rama, accueille depuis 2010, 250 à 300 cas de femmes souffrants de fistules. La prise en charge est coûteuse et les cas compliqués nécessitent des hospitalisations hors du Burkina.