Aujourd'hui,
URGENT
Football: les 24 équipes qualifiées pour la CAN 2019 sont connues, le tirage prévu le 12 avril à Gizeh
Mali: une centaine de civils tués dans le centre du pays, le gouvernement annonce l'ouverture d'une enquête 
Côte d'Ivoire: Pascal Affi N'Guessan candidat à l'investiture FPI pour 2020
Gabon: Ali Bongo de retour au Gabon après plusieurs mois de convalescence au Maroc
Burkina: lancement d’une campagne de vaccination pour contrer une épidémie de méningite dans la région de l'Est
Burkina: le gouverneur de l’Est met en garde les individus qui veulent «entraver la liberté d'action des troupes» de l'opération Otapuanu
Brésil: l'ancien président brésilien Michel Temer arrêté dans une enquête anticorruption
Nouvelle-Zélande: le pays interdit la vente de fusils d'assaut et semi-automatiques en réponse à l'attaque de Christchurch qui a fait 50 morts
Mozambique: 15 000 personnes encore menacées après le passage du cyclone Idai
Centrafrique: un accord trouvé entre le pouvoir et les groupes armés

SOCIETE

Des membres du Syndicat national des travailleurs de la Culture (Synatract) ont observé un sit-in dans la matinée du vendredi 24 février 2017 devant le siège de leur ministère. Ils entendent ainsi utiliser la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) comme un moyen de pression pour voir sa plateforme revendicative prise en compte.


Les agents du ministère de la Culture, à travers leur syndicat, prévoient une manifestation publique demain 25 février devant le stade Issoufou Conombo où se tiendra la cérémonie officielle d’ouverture Fespaco. Ils veulent ainsi exiger des premiers responsables du ministère la satisfaction de leur plateforme revendicative qui tourne autour de l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Selon Mohamed Lamine Ouédraogo, secrétaire général du Synatract, chacun utilise les moyens de pressions à sa disposition pour se faire entendre. «Nous avons décidé d’utiliser le Fespaco comme moyen de pression pour que nous soyons vus  à travers le monde entier. Au stade, nous allons juste présenter nos banderoles. Il n’y aura pas de manifestation en tant que telle, c’est juste une présence pour que les gens puissent nous remarquer», précise-t-il.

Il explique aussi que leur plateforme minimale revendicative comporte 12 points, tous du même niveau d’importance. On note, entre autres, la nomination d’attachés culturels et touristiques dans les représentations diplomatiques et les institutions du Burkina Faso, l’élaboration d’un plan de carrière et sa mise en exécution dans un délai raisonnable, l’augmentation du nombre de postes à pourvoir pour les concours professionnels, l’organisation de sessions de formations continues au profit des agents du ministère mis à la disposition d’autres ministères, la dotation des agents en matériels informatiques et bureautiques et de l’octroi d’une indemnité vestimentaire à tous les agents du ministère.

Le Synatract dit avoir transféré sa plateforme le 31 janvier et le 9 février dernier, et que les agents ont demandé une audience auprès de leur ministre de tutelle. En vain, « sous prétexte qu’il n’a pas le temps ».

Ylkohanno Somé

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé