Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

Agacés par la poussière et autres désagréments engendrés par l’avenue Ouézzin Coulibaly, en plein centre commercial, et dont les travaux de bitumage ont été suspendus depuis un certain temps, les jeunes, membres et sympathisants des organisations spécifiques de la société civile de Bobo-Dioulasso, soutenus par des commerçants du grands marché, ont organisé une manifestation dans la matinée du mercredi 15 février 2017. Jusqu’aux environs de 10 heures, ils ont barrée les accès à la route en question avant de remettre une lettre de protestation adressée au ministre en charge des infrastructures, laquelle lettre a été reçue par le premier adjoint au maire, aux fins de faire suivre.

Après deux grèves d’interpellation du gouvernement pour un examen sérieux de ses revendications, le Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) menace à nouveau d’aller en grève de 72 heures sur toute l’étendue du territoire national allant du mardi 14 mars à 7 heures au vendredi 17 mars 2017 à 7. (Voir le préavis de grève)

C’est dans le but de se prononcer sur leur mécontentement de la non prise en charge de leur plateforme revendicative par le gouvernement, que la section Syntsha (Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale) du Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), prévoyait une série d’activités. Cela devrait se ponctuer avec une marche suivi d’un sit-in les 9 et 10 février 2017. Par ailleurs, en vue d’un retour à la normale, il était impérieux pour le ministère de la santé d’entreprendre des négociations avec la structure syndicale, chose faite le 8 février 2017. Après des échanges ayant abouti à une conciliation, les deux parties se sont retrouvées le lundi 13 février 2017 à Ouagadougou pour parapher le protocole d’accords.

Les VADS et les policiers face-à-face

Aussi invraisemblable que cela puisse être, les policiers ont dispersé un mouvement de leurs collaborateurs, les Volontaires adjoints de sécurité (VADS) dans la matinée du mardi 13 février 2017 à Bobo-Dioulasso. A coups de matraque et de gaz lacrymogène, la horde de régulateurs de la circulation a vite fait de déguerpir la devanture du gouvernorat sans même pouvoir expliquer leur doléance au maître des lieux. Les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) ont estimé le mouvement des VADS « illégal ».

Les volontaires adjoints de Sécurité (VADS) par la voix de leur porte parole, ont souhaité ce lundi 13 février 2017 au cours d’une marche spontanée à Ouagadougou, leur «intégration dans la fonction publique ». Etant tous en fin de contrat, ils ont indiqué qu’il était «injuste» que les autorités les traitent sans égard surtout après plus de trois années de «  sacrifices» sans protection sociale.

La section de recherche de la gendarmerie de Ouagadougou a démantelé en début février un présumé réseau de cybercriminels opérant depuis une villa sis à Ouaga 2000. Au cours du point de presse tenu ce lundi 13 février 2017 à l’Etat major de la gendarmerie nationale, les enquêteurs ont révélé que le présumé cerveau serait le sieur Boko Germano de Francisco de nationalité étrangère. Parmi les trois autres membres arrêtés également, figurait un de nationalité étrangère et deux Burkinabè, tous étudiants, l’un en troisième année de droit et l’autre en première année de philosophie.

Dans ce communiqué relatif à la récente publication sur du supposé matériel stocké dans ses magasins, le ministère de la Santé dément et explique…

Les membres du Syndicat national des agents du ministère de l’Industrie, du commerce et de l’artisanat (Synamica) observent à compter de ce lundi 13 février 2017, un sit-in de 72 heures de 7 heures à 12 heures au siège de leur ministère et dans les directions régionales.

Faisant suite à une information reçue le 20 janvier 2017, le Commissariat de Police de l’Arrondissement de Baskuy a mis hors d’état de nuire une bande de malfaiteurs qui évoluaient dans la ville de Ouagadougou.

Un incendie s’est déclaré dans la forêt classée du Kou, communément appelé « la guinguette de Nasso », à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Bobo- Dioulasso, le mercredi 08 février 2017 dans la soirée. Plus de 15 ha de forêt sont partis en fumée. Les causes de l’incendie demeurent jusqu’ici inconnues.

Bamory Sanogo, vice-président de l’UCRB

Entamée le mercredi 8 février 2015, la grève des chauffeurs routiers du Burkina Faso a aussitôt été interrompue le lendemain: constat fait à Bobo Dioulasso le jeudi en fin de matinée, au siège même de l’antenne régionale de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB).

La sous-section du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha) de l’hôpital Yalgado Ouédraogo avait prévu une marche sur le ministère de la Santé ce jeudi 9 février 2017 et un sit-in demain vendredi 10 février pour dénoncer les agressions dont étaient victimes certains agents de la santé et les mauvaises conditions de vie. Suite à des concertations entre leur syndicat et l’autorité de tutelle, les responsables de la section ont décidé de suspendre la marche de ce jour et le sit-in.