Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

Selon le ministère en charge de la sécurité, Six à huit individus suspects armés ont été surpris, le 7 janvier 2019 aux environs de 17 h, dans une forêt du village de Trimbio dans la commune de Loropéni (province du Poni, région du Sud-ouest) par les habitants dudit village.

Suites aux événements tragiques intervenus le jour de l’an à Yirgou, dans le Centre-Nord du Burkina, le Collectif contre la stigmatisation des communautés a organisé une conférence de presse ce mardi 8 janvier 2019 à Ouagadougou. Objectif : faire le point de l’évolution des évènements dramatiques de Yirgou et les actions que le collectif entend mener les jours à venir pour demander justice.

Village situé à 200 km de Ouagadougou dans le Centre-nord du Burkina, Yirgou-Foulbé a été la cible d’une attaque terroriste suivie de représailles contre la communauté peulh dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019. Face à ces représailles qui ont fait de 46 morts selon un bilan officiel, le mouvement Citoyen africain pour la renaissance (CAR) a fait une sortie médiatique ce dimanche 6 janvier 2019 pour réclamer justice et réparation.

La Canadienne Édith Blais, 34 ans et son compagnon Luca Tacchetto, un Italien de 30 ans, sont portés disparus alors qu’ils séjournaient au Burkina Faso. 

« Insurrection populaire d’Octobre 2014 : Les trahisons » est l’intitulé du second ouvrage de Atiana Serge Oulon, journaliste d’investigation au bimensuel Courrier Confidentiel. La dédicace du livre, « qui revient sur les événements historiques des 30 et 31 Octobre 2014 dans une démarche d’enquête et de décryptage » est intervenue le jeudi 3 janvier 2019 à Ouagadougou. 

Photo: RTB

Les affrontements inter communautaires à Yirgou, province du Sanmatenga, dans la région du Centre-nord du Burkina Faso, ont fait un total de 46 morts, selon un bilan encore provisoire dressé dans un communiqué lu à la Télévision nationale du Burkina par Remis Fulgance Dandjinou, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, ce vendredi 4 janvier 2019. 

La 15ème  édition de la dictée radiophonique organisée par la direction générale de Radio Pulsar a connu son apothéose le samedi 22 décembre 2018 avec la récompense des lauréats de cette édition. Ceux-ci sont entrés en possession de leurs lots dans les locaux de cet organe de presse.

Au moins cinq personnes  ont été tuées le jour de l’an, à Yiourgou (commune de Barsalogho, province du Sanmentenga, Centre-nord), en représailles à l’assassinat  par des assaillants non identifiés, d’un chef de village, de ses trois fils et d’une autre personne, selon l’Agence d’information du Burkina.

Dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019 vers 5 heures du matin, la Brigade nationale des sapeurs pompiers a  enregistré un total de 109 interventions contre 107 en 2017.

Photo: Cyril Almeras (www.cyrilalmeras.com)

Cartes Bonne Année feux d'artifices

A l’occasion du nouvel An, certains Ouagalais émettent le vœu que 2019 soit une année meilleure que 2018. Pour certains, 2018 aura été une année douloureuse au regard de la situation sécuritaire et sociopolitique.

L’année 2018 a été une année au cours de laquelle le Burkina Faso a connu une multitude d’attaques terroristes avec en clé un nombre élevé de victimes surtout côté forces de défense et de sécurité. En cette fin d’année, chaque Burkinabè a un fait qui l’a marqué en 2018. Il ressort de ce mini micro-trottoir réalisé à Ouagadougou par Fasozine que le fait le plus marquant de l’année écoulée, pour la plupart des interviewés, est l’accroissement des attaques terroristes.

La nation burkinabè a rendu un dernier vibrant hommage aux dix gendarmes tombés, les armes à la main, dans une embuscade tendue par des terroristes, le 27 décembre 2018 vers 10 h 30mn. 

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé