Aujourd'hui,
URGENT
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 

Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition politique

POLITIQUE

L’Union pour le progrès et le changement, parti du chef de file de l’opposition, invite l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) à  se pencher sur l’affaire de corruption présumée dénoncée par le Syndicat des travailleurs des travaux publics, du bâtiment, de l’hydraulique et assimilés du ministère des infrastructures (SYTTPBHA-MI).


«Depuis le 09 février 2017, le Syndicat des travailleurs des travaux publics, du bâtiment, de l’hydraulique et assimilés du ministère des infrastructures (SYTTPBHA-MI) dénonce, entre autres, des actes de malversation et  la politisation dudit ministère, dirigé de fait par la cellule locale du MPP.
L’UPC félicite le SYTTPBHA pour son travail continu de veille et pour le combat inlassable qu’il mène contre  la mal-gouvernance et pour la défense des intérêts des travailleurs  dudit  ministère.

Les faits dénoncés par le SYTTBHA-MI sont bel et bien vécus par les Burkinabè comme étant la marque de fabrique du nouveau régime. Dans son  mémorandum sur l’an I du régime du Président  Roch Marc Christian Kaboré, l’Opposition politique a fustigé la persistance et l’aggravation  dans notre pays de ces mêmes  maux qui avaient cours avant l’insurrection sous le régime Compaoré, parmi lesquels la politisation de l’administration et la corruption  généralisée.

Au chapitre consacré à la gouvernance administrative, l’Opposition écrit : «Notre administration est gangrénée par de nombreux maux parmi lesquels on peut citer la clientélisme  et la politisation très poussée des acteurs ». Dans celui qui traite de l’animation de la vie politique par le MPP, il est dit : « Comme par le passé, les marchés sont « offerts » aux opérateurs économiques proches des ténors du MPP. Ce fut le cas avec les récents marchés du ministère des infrastructures relatifs aux réfections des voies non bitumées, qui ont donné l’occasion d’une distribution de contrats faramineux à des entrepreneurs connus pour avoir financé la campagne du MPP. »

Les informations données par le SYTTPBHA-MI corroborent donc parfaitement l’analyse de l’Opposition politique. L’UPC sera très regardante sur la manière dont le Gouvernement  traitera cette question. D’ores et déjà, notre parti  invite l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC) à  se saisir de cette affaire. Pour sa part, l’UPC continuera sa  lutte sans merci contre la mauvaise gouvernance que le MPP a érigée en système.»

Ouagadougou, le 19 février 2017
Pour le Bureau politique national de l’UPC,
Le Secrétariat national chargé de la justice, des droits humains et de la lutte contre la corruption

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé