Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Le Bureau politique national (BPN) du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a tenu le samedi 18 février 2017, dans la salle de conférence de la maison des jeunes et de la culture Jean-Pierre Guingané à Ouagadougou, sa deuxième session ordinaire de l’année sous la présidence de Salif Diallo, président par intérim du parti. A l’issue de cette rencontre, 129 membres du parti ont été sanctionnés pour «actes visant à fragiliser la cohésion et la discipline du parti au cours des consultations électorales».


Les échanges ont porté sur l’examen des sanctions disciplinaires à l’encontre des militants qui se sont illustrés négativement en posant des actes d’indiscipline au cours des élections législatives et municipales 2016.

Au cours de cette session du BPN, l’examen des sanctions disciplinaires à l’encontre des camarades qui ont posé des actes visant à fragiliser la cohésion et la discipline du parti au cours des consultations électorales, a concerné les manquements suivants :
-    l’assignation en justice de certains camarades par d’autres camarades du parti ;
-    la séquestration des listes de candidatures ;
-    l’inscription des camarades du parti sur des listes d’autres partis politiques ;
-    la présentation de certains camarades à des postes contre des camarades désignés à ces mêmes postes par le parti ;
-    le vol de certains matériels d’appui par les camarades du parti ;
-    cas de violences avérées.

Concernant les autres cas d’indisciplines, ils pourraient faire l’objet de traitement par les structures provinciales chargées du contrôle et de la médiation conformément aux dispositions statutaires
La commission de contrôle issue du Bureau Exécutif National a proposé des sanctions allant de l’avertissement à l’exclusion du parti : de manière générale la commission a auditionné plus de 300 personnes à travers toutes les régions du pays et a proposé les sanctions allant de l’avertissement à l’exclusion. En outre, 129 sanctions ont été prononcées par le Bureau Politique National.

Au cours de cette session, le Président par intérim du parti a rappelé aux camarades que ces sanctions visent à éduquer les militants au respect des textes et des règlements qui caractérisent le MPP, parti social-démocrate. Le camarade Salif Diallo a insisté sur la nécessité d’arrêter un programme de formation à l’attention des militantes et militants du parti sur toute l’étendue du territoire pour mieux outiller les camarades au respect des textes, gage de discipline et de cohésion.
Il faut rappeler que les camarades qui ont été exclus du parti sont des militants du MPP ayant posé des actes anti parti caractérisés et qui ont été auditionnés.
Le Président par intérim du parti a invité la commission de contrôle à poursuivre l’examen de tous les cas et à faire des propositions qui peuvent être validées à tout moment par le Bureau Politique National.

Il convient de souligner que les sanctions de premier degré sont immédiatement exécutoires. Les autres sanctions seront soumises au congrès pour validation.
Le Bureau Politique a réaffirmé son soutien indéfectible au Président du Faso et à son programme et invité les militants à tout mettre en œuvre pour accompagner son exécution.
Des informations générales et des interventions des camarades sanctionnés ont clos la session du 18 février 2017.
                       

Fait à Ouagadougou, le 18 février 2017

                        Secrétariat  à l’information et
à la communication du MPP

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir