Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: dans une déclaration, les évêques invitent les fidèles à prier pour la paix durant tout le mois de février 2019
RDC: la Cour constitutionnelle confirme la victoire de Tshisekedi, Fayulu se proclame président
Mali: huit Casques bleus ont été tués dans l'attaque terroriste d'un camp de la mission de l'ONU dans le nord-est du pays
Football: Salitas FC se qualifie pour la phase de poule de la Coupe de la confédération Caf en battant Al Nasr (3-1)
Orodora: 5 morts dans un affrontement entre la police et des jeunes 
Burkina: dans l'attente de la nomination d'un Premier ministre, le président charge l'équipe sortante d'expédier les affaires courantes
USA: le prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un prévu fin février, le lieu pas encore précisé (Maison Blanche)
France: Alexandre Benalla a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle»
Burkina: le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba a présenté sa démission et celle de son gouvernement au président du Faso qui l'a accepté
RDC: l'Union africaine demande «la suspension de la proclamation définitive» des résultats

POLITIQUE

Pour l’opposition politique burkinabè, l’an 1 de la gestion du pouvoir par le président Roch Marc Christian Kaboré équivaut à «une année perdue» pour le Burkina Faso. C’est du moins ce qui ressort du mémorandum publié par le chef de file de l’opposition politique au Burkina le 7 février dernier. Dans un droit de réponse parvenu à Fasozine, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, au pouvoir) estime que «c’est parce que l’opposition est aux abois après son échec à la dernière élection présidentielle qu’elle répand sa bile sur la République». Le parti dénonce par ailleurs une certaine «diversion» du CFOP.


Dans ledit document, l’opposition critique la politique générale de l’exécutif au cours d’une année de gestion. Mais pour le parti au pouvoir, cette peinture en noir de l’évaluation de la première année au pouvoir du MPP témoigne bien que «la pseudo-opposition est si aveuglée, qu’elle perd tout sens de discernement». Le MPP dit ne pas comprendre qu’on s’attende à ce que les réalisations majeures de la majorité présidentielle en une année comblent un demi-siècle de léthargie. Pour le parti, le bilan est «satisfaisant» au plan législatif et exécutif.  

Le parti que préside Salif Diallo estime que «cette vaine manœuvre vise à arracher au peuple burkinabè ses acquis insurrectionnels et à sacrifier son Etat de droit». Tout en soulignant avec force les acquis majeurs de l’Etat de droit depuis l’avènement du MPP et de ses alliés au pouvoir, le parti s’interroge sur l’agenda caché de l’opposition politique. A la lumière de ces acquis, le MPP pense que les couleurs «funestes» du paysage national dépeint par le CFOP sont destinées à «créer la chienlit pour perpétrer un putsch».

De l’esprit du mémorandum, le MPP dénonce la «diversion» que l’opposition tente de distiller au sein du peuple et invite «les Burkinabè épris de vérité, de patriotisme et d’esprit de discernement à visiter les sites des institutions de l’Etat de droit et à se démarquer des rumeurs infondées et stériles».





Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

FESPACO 2019

Sondage

L’instauration de l’état d’urgence dans certaines régions du Burkina contribuera-t-elle a résoudre la question du terrorisme?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé