Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

POLITIQUE

Suite à une polémique qui alimente la presse et les réseaux sociaux au Burkina Faso ces derniers jours, le président Roch Marc Christian Kaboré, a son retour du sommet du G5 Sahel le lundi 7 février 2017, a écarté toute idée de se procurer un nouvel avion présidentiel.


«C’est une polémique qui se mène, mais je voulais qu’on sache qu’en aucun moment, le président du Faso que je suis, n’a engagé un débat pour le changement de l’avion présidentiel», a déclaré le président du Faso à l’aéroport international de Ouagadougou le lundi soir.

Le chef de l’Etat burkinabè qui était de retour de Bamako (Mali) où il a pris part à un sommet ordinaire des pays du G5 Sahel, répondait ainsi, aux hommes des médias qui s’inquiétaient de l’état défectueux de l’avion présidentiel.
Tout en précisant que le jour où « Le Pic du Nahouri » sera dangereux pour la vie du président, il sera laissé au sol, Rock Marc Kaboré ajoute : «Si j’avais peur de prendre cet avion, je n’allais pas rentrer dedans.»
 

«Je puisse vous assurer qu’au regard du contexte du Burkina Faso, vous pouvez compter sur moi pour ne pas engager des frais de prestige pour le président du Faso», a poursuivi le président du Faso.
Rappelons que dans sa livraison du vendredi dernier, le quotidien burkinabè « L’Observateur paalga » avait évoqué la situation de l’avion présidentiel qui montrerait «des signes d’essoufflement». Suite à cette publication, certains internautes ont estimé que pour une «question de souveraineté», le président de Faso devrait changer urgemment l’avion présidentiel pendant que d’autres pensent que changer l’avion présidentiel ne devrait pas être ni une priorité, encore moins une urgence, au regard de la situation économique difficile du pays. Mais pour le président du Faso, «la polémique peut maintenant s’arrêter».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir