Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Le Conseil supérieur de la magistrature du Burkina Faso n’est pas content –il le dit dans ce communiqué- des déclarations du porte-parole du gouvernement qui, la semaine dernière, commentait un communiqué du procureur du Faso relatif aux sévices que feraient subir les forces de défense à ceux qui ne respectent pas le couvre-feu. Le ministre Rémi Fulgance Dandjinou estimait lui et entre autres, que ceux qui violaient le couvre-feu le faisaient à leurs dépens. 

«Communiqué du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) à la suite des propos tenus par le Ministre Rémi Fulgance DANDJINOU, porte-parole du Gouvernement

Le Conseil Supérieur de la Magistrature a suivi avec regret les propos tenus par monsieur Rémi Fulgance DANDJINOU, porte-parole du Gouvernement, le 24 mars 2020, en réaction au communiqué du Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou.

En rappel, le Procureur du Faso a, dans un communiqué en date du 23 mars 2020, non seulement, invité au respect du couvre-feu institué par décret présidentiel en raison de la crise sanitaire liée au COVID 19, mais aussi rappelé, à l’attention des Forces de Défense et de Sécurité (FDS), que les actes de torture et les pratiques assimilées, même commis dans un tel cadre, constituaient des infractions prévues et réprimées par les articles 512 et suivants du Code pénal.

Le Conseil Supérieur de la Magistrature condamne ces propos du porte-parole du gouvernement tenus en méconnaissance de la séparation des pouvoirs et de la complémentarité qui devrait exister entre pouvoirs constitutionnels pour faire face à la crise sanitaire en cours.

Il tient à féliciter et à encourager le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou dont le communiqué est tout à fait conforme à ses attributions et à la déontologie du milieu judiciaire. Il encourage également les Forces de Défense et de Sécurité dont certains aspects de leurs difficiles conditions de travail sont bien connus, partagés et constamment regrettés par la magistrature dans les cadres appropriés.

Il les invite cependant à rester dans la sérénité qui doit les caractériser et à garder constamment à l’esprit que leur professionnalisme les défendra toujours mieux et plus durablement que des déclarations circonstanciées, passionnées et intéressées d’incitation à la violence, d’où qu’elles viennent. L’histoire sait recenser et comptabiliser les actes de tout un chacun pour les mettre à son actif ou à son passif en temps opportun.»

 

Le Président du Conseil supérieur de la magistrature

 

 

Jean M. KONDE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir