Aujourd'hui,
URGENT
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)
Mali: Boubou Cissé nommé Premier ministre
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu

POLITIQUE

Minata Samaté/Cessouma et Pascal Bamouni ont été respectivement élus Commissaire aux affaires politiques et membre du conseil consultatif sur la corruption à l’Union africaine (UA) lors du récent sommet de l’institution pour les cinq prochaines années. De retour d’Addis Abeba, ils ont été présentés au personnel du ministère des Affaires étrangères, aux journalistes et au personnel diplomatique résident au Burkina Faso dans la soirée du vendredi 3 février 2017.


Pour son élection à la tête de ce département qui s’occupe des questions électorales, des droits de l’Homme, de la gouvernance et du genre, Minata Samaté entend relever le défi. « Très souvent, les conflits arrivent après des élections mal menées, le département dont nous allons nous occuper, il y aura en charge toutes ces questions et nous allons nous battre pour relever ce défi. Et, pour le respect de la Charte de l’Union africaine sur la gouvernance et les élections, il faut qu’ensemble nous nous battions pour que chaque pays puisse intégrer cette Charte dans sa législation nationale ; qu’il n’y ait plus de réfugiéssuite à une élection mal menée, qu’on ait plus de violation de droits de l’Homme à un manque de démocratie. Egalement, nous allons nous battre pour la promotion genre et les personnes déplacées d’une manière générale », a indiqué Mme Samaté.

Quant à M. Bamouni, l’un des sept juges du Conseil consultatif de l’UA sur les questions de corruption, il doit avec ses pairs du Conseil consultatif, travailler à la réduction de la corruption en Afrique. «Les missions du Conseil consultatif du Burkina Faso sur la corruption c’est essentiellement de faire la promotion, et d’encourager l’adoption et l’application des mesures de lutte contre la corruption sur le continent africain. Aussi, d’essayer de recenser les différentes informations sur la nature et sur l’ampleur de la corruption dans nos Etats et donner des conseils aux différents gouvernements. Par ailleurs, de voir comment est-ce que la convention de l’Union africaine sur la corruption est appliquée dans les différents Etats et aussi revoir les bonnes pratiques qui existent dans les Etats pour les faire partager ailleurs», a laissé entendre M. Bamouni.
Minata Samaté et Pascal Bamouni ont rendu hommages au peuple burkinabè et au président du Faso qui a été selon eux, d’un soutien idéfectible pour leur élection à l’UA.

Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé