Aujourd'hui,
URGENT
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018
Ouagadougou: une formation tactique entraînera «des explosions bruyantes» le jeudi 15 novembre (ministère de la sécurité)
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)

POLITIQUE

Minata Samaté/Cessouma et Pascal Bamouni ont été respectivement élus Commissaire aux affaires politiques et membre du conseil consultatif sur la corruption à l’Union africaine (UA) lors du récent sommet de l’institution pour les cinq prochaines années. De retour d’Addis Abeba, ils ont été présentés au personnel du ministère des Affaires étrangères, aux journalistes et au personnel diplomatique résident au Burkina Faso dans la soirée du vendredi 3 février 2017.


Pour son élection à la tête de ce département qui s’occupe des questions électorales, des droits de l’Homme, de la gouvernance et du genre, Minata Samaté entend relever le défi. « Très souvent, les conflits arrivent après des élections mal menées, le département dont nous allons nous occuper, il y aura en charge toutes ces questions et nous allons nous battre pour relever ce défi. Et, pour le respect de la Charte de l’Union africaine sur la gouvernance et les élections, il faut qu’ensemble nous nous battions pour que chaque pays puisse intégrer cette Charte dans sa législation nationale ; qu’il n’y ait plus de réfugiéssuite à une élection mal menée, qu’on ait plus de violation de droits de l’Homme à un manque de démocratie. Egalement, nous allons nous battre pour la promotion genre et les personnes déplacées d’une manière générale », a indiqué Mme Samaté.

Quant à M. Bamouni, l’un des sept juges du Conseil consultatif de l’UA sur les questions de corruption, il doit avec ses pairs du Conseil consultatif, travailler à la réduction de la corruption en Afrique. «Les missions du Conseil consultatif du Burkina Faso sur la corruption c’est essentiellement de faire la promotion, et d’encourager l’adoption et l’application des mesures de lutte contre la corruption sur le continent africain. Aussi, d’essayer de recenser les différentes informations sur la nature et sur l’ampleur de la corruption dans nos Etats et donner des conseils aux différents gouvernements. Par ailleurs, de voir comment est-ce que la convention de l’Union africaine sur la corruption est appliquée dans les différents Etats et aussi revoir les bonnes pratiques qui existent dans les Etats pour les faire partager ailleurs», a laissé entendre M. Bamouni.
Minata Samaté et Pascal Bamouni ont rendu hommages au peuple burkinabè et au président du Faso qui a été selon eux, d’un soutien idéfectible pour leur élection à l’UA.

Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir