Aujourd'hui,
URGENT
Migrations: les migrations africaines vers l'Europe en recul depuis 3 ans selon l'OCDE
Burkina: 5 soldats tués dans une embuscade à Toéni dans la province du Sourou (Boucle du Mouhoun)
Tunisie: l’ancien président en exil Ben Ali est mort à 83 ans en Arabie Saoudite
Burkina: «Plus de 46 000 enfants non scolarisés ont été enregistrés au niveau des déplacés internes » (Stanislas Ouaro)
RDC: l'armée affirme avoir tué le chef de la rébellion rwandaise FDLR
Burkina: les télévisions privées débourseront 75 millions de FCFA par an pour la redevance TNT
Hadj 2019: 2 agences de voyage suspendues, 6 décès enregistrés dans la délégation burkinabè 
Justice: la procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Gbagbo et Blé Goudé
Burkina: l’UPC «vivement préoccupée par la dégradation continue de la situation sécuritaire»
Burkina: la marche non autorisée des syndicats et de la société civile dispersée par la police, une dizaine de blessés

POLITIQUE

Le groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), opposition parlementaire, était face à la presse ce jeudi 2 février 2017 à Ouagadougou. Objectif : faire le bilan de sa participation à l’Assemblée nationale durant la première année de mandature.

En cette année 2017, l’Assemblée nationale aborde sa deuxième année de mandature après avoir clôturé la première en fin  2016. Pour le groupe parlementaire UPC, c’est au nom du devoir de redevabilité envers le peuple qu’il s’est avéré nécessaire de faire le bilan de leur participation  durant la première année de mandature « post insurrectionnel ».

Après la fin de la mandature, le groupe UPC a participé au vote de 39 lois et 32 résolutions. Les députés membres du groupe ont eu à poser 9 questions orales à l’exécutif. Au cours également de l’année 2016 de la mandature, le groupe a tenu deux journées parlementaires, la première en mars  sur le thème de la recrudescence de l’insécurité et la deuxième en octobre sur la thématique de la relance économique. Ce qui est satisfaisant selon le président sortant du groupe parlementaire, Alitou Ido.

Outre cela, le député Ido a dénoncé une fois de plus l’attitude et le comportement du président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo qu’il qualifie « d’homme fort ».« Il faut davantage une attitude racée et très veloutée dans son approche, afin de ne pas heurter les différentes sensibilités politiques qui composent l’Assemblée nationale. Du point de vue de la gestion managériale, notre assemblée est mal gérée » a-t-il indiqué.

Aussi il a dénoncé la gestion financière du parlement dont le budget n’est subi à aucun contrôle. Et il a dit ne pas comprendre pourquoi la majorité présidentielle et le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) ne veulent pas accepter la présence d’un député de l’opposition à la questure de l’Assemblée nationale. « Une fois l’opposition à la questure cela permettrait naturellement de suivre l’ensemble des flux financiers et de dénoncer tout écart de gestion financière, ce faisant, nous serons dans une situation où on peut avoir un contrôle interne plus efficace » a-t-il ajouté. 

Et pour une bonne gestion du parlement, le groupe UPC recommande entre autres une participation plus active des 2e et 3e vice-présidents de l’Assemblée nationale qui sont de l’opposition à la gestion stratégique de l’institution, une entrée de l’opposition à la questure et une enquête parlementaire de l’opposition sur la gestion financière de l’Assemblée nationale dans son entièreté. 

Quant aux affaires des tablettes reçues et restituées par les députés et du million perçu en fin décembre 2016, le député Justin Kompaoré a indiqué que les élus doivent suivre la voix du peuple. « Dès lors que le peuple n’est pas d’accord, nous sommes obligés de faire demi-tour » a-t-il laissé entendre par rapport à l’affaire des tablettes. Mais malgré l’interpellation des journalistes sur celle du million perçu par chaque député, les orateurs du jour ont esquivé le sujet.

Pour l’an 2 de la mandature, le groupe parlementaire de l’UPC sera dirigé par un nouveau bureau. Alitou Ido a cédé sa place au député Daouda Simboro qui sera chargé avec Ladji Coulibaly (1er vice-président) et Henriette Zoumbaré(2e vice-président), de conduire ledit groupe à l’Assemblée nationale au cours de cette année.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé