Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans
Burkina: 2136  policiers pour servir « patriotiquement » la Nation
Ouagadougou: 11 personnes décèdent au cours de leur garde-à-vue, le parquet ouvre une information judiciaire
Espace: l’Inde reporte le lancement de sa seconde mission lunaire
Football: la finale de la CAN 2019 opposera le vendredi 19 juillet au Caire, le Sénégal à l'Algérie

POLITIQUE

Le groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), opposition parlementaire, était face à la presse ce jeudi 2 février 2017 à Ouagadougou. Objectif : faire le bilan de sa participation à l’Assemblée nationale durant la première année de mandature.

En cette année 2017, l’Assemblée nationale aborde sa deuxième année de mandature après avoir clôturé la première en fin  2016. Pour le groupe parlementaire UPC, c’est au nom du devoir de redevabilité envers le peuple qu’il s’est avéré nécessaire de faire le bilan de leur participation  durant la première année de mandature « post insurrectionnel ».

Après la fin de la mandature, le groupe UPC a participé au vote de 39 lois et 32 résolutions. Les députés membres du groupe ont eu à poser 9 questions orales à l’exécutif. Au cours également de l’année 2016 de la mandature, le groupe a tenu deux journées parlementaires, la première en mars  sur le thème de la recrudescence de l’insécurité et la deuxième en octobre sur la thématique de la relance économique. Ce qui est satisfaisant selon le président sortant du groupe parlementaire, Alitou Ido.

Outre cela, le député Ido a dénoncé une fois de plus l’attitude et le comportement du président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo qu’il qualifie « d’homme fort ».« Il faut davantage une attitude racée et très veloutée dans son approche, afin de ne pas heurter les différentes sensibilités politiques qui composent l’Assemblée nationale. Du point de vue de la gestion managériale, notre assemblée est mal gérée » a-t-il indiqué.

Aussi il a dénoncé la gestion financière du parlement dont le budget n’est subi à aucun contrôle. Et il a dit ne pas comprendre pourquoi la majorité présidentielle et le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) ne veulent pas accepter la présence d’un député de l’opposition à la questure de l’Assemblée nationale. « Une fois l’opposition à la questure cela permettrait naturellement de suivre l’ensemble des flux financiers et de dénoncer tout écart de gestion financière, ce faisant, nous serons dans une situation où on peut avoir un contrôle interne plus efficace » a-t-il ajouté. 

Et pour une bonne gestion du parlement, le groupe UPC recommande entre autres une participation plus active des 2e et 3e vice-présidents de l’Assemblée nationale qui sont de l’opposition à la gestion stratégique de l’institution, une entrée de l’opposition à la questure et une enquête parlementaire de l’opposition sur la gestion financière de l’Assemblée nationale dans son entièreté. 

Quant aux affaires des tablettes reçues et restituées par les députés et du million perçu en fin décembre 2016, le député Justin Kompaoré a indiqué que les élus doivent suivre la voix du peuple. « Dès lors que le peuple n’est pas d’accord, nous sommes obligés de faire demi-tour » a-t-il laissé entendre par rapport à l’affaire des tablettes. Mais malgré l’interpellation des journalistes sur celle du million perçu par chaque député, les orateurs du jour ont esquivé le sujet.

Pour l’an 2 de la mandature, le groupe parlementaire de l’UPC sera dirigé par un nouveau bureau. Alitou Ido a cédé sa place au député Daouda Simboro qui sera chargé avec Ladji Coulibaly (1er vice-président) et Henriette Zoumbaré(2e vice-président), de conduire ledit groupe à l’Assemblée nationale au cours de cette année.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé