Aujourd'hui,
URGENT
Sud-ouest: 72 cas de grossesse enregistrés en 2017 dans les écoles primaires et 328 au post primaire
RDC: la nouvelle épidémie Ebola fait 200 morts
Burkina: le pays a reçu  654,373 milliards de FCFA d’aide publique en 2017 (rapport)
Etats-Unis: au moins douze morts dans une fusillade en Californie
Musique: le Rwandais Buravan, est le lauréat du Prix Découvertes RFI 2018
Burkina: augmentation de 75 FCFA du prix du carburant à partir du vendredi 9 novembre 2018 (conseil des ministres).
Pakistan: la chrétienne Asia Bibi poursuivie pour blasphème et acquittée il y a une semaine a été libérée (Officiel)
Ouagadougou:  l'échangeur du nord ouvert à la circulation le 15 novembre 2018
Burkina: près 700 000 femmes ont bénéficié de la gratuité de l’accouchement (président du Faso)
Cameroun:  Paul Biya  a prêté serment pour son 7e mandat

POLITIQUE

Face à des journalistes de la presse nationale et internationale, le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian Kaboré s'est exprimé ce mardi 31 janvier 2017, au siège de l'Union africaine sur le retour du Royaume du Maroc au sein de l'Union.


« C'est avec beaucoup d'enthousiasme que, conformément à nos textes, nous avons répondu positivement à cette demande d'adhésion du Maroc », a réagi le président du Faso au sujet de cette décision importante prise par l'Union africaine hier 30 janvier 2017. Pour lui, il est important que les Africains s'unissent et maintiennent le dialogue pour trouver par eux même, les solutions aux problèmes qui les divisent.

La réintégration du Maroc a été une décision mûrement réfléchie par la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement qui ont pris les dispositions nécessaires pour éviter un éventuel bras de fer entre le Maroc et la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD). Sur la question, le Président Roch Marc Christian Kaboré se veut rassurant: « Je pense que l'esprit qui a conduit à toute cette démarche de la réintégration du Maroc est un esprit qui vise justement à ce que les Africains assument leurs responsabilités, et non pas qu'on se bat au sein de l'Union africaine ».

Le problème est sur la table et chaque pays membre de l'Union apportera sa contribution pour qu'une solution définitive soit trouvée à « cette situation qui n'a que trop duré », a indiqué le chef de l'Etat.
S'exprimant sur la question du terrorisme auquel les pays du sahel font face, le Président du Faso, après avoir fait le point des initiatives mises en route au niveau régional, a indiqué que la menace dépasse les frontières du continent et « il est important que le monde se solidarise pour trouver une solution », a conclu le Président Roch Marc Christian Kaboré.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir