Aujourd'hui,
URGENT
RDC: L’Onu inquiète face à l’augmentation des violations des droits de l’homme
Burkina: le gouvernement crée une Brigade spéciale des investigations anti terroristes et de lutte contre la criminalité organisée (BSLAT)
Pakistan: l'ancien Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif remis en liberté (RFI)
Burkina: le CDP dément toute implication dans les différentes attaques terroristes perpétrées sur le territoire national(parti)
Ouagadougou: la 12e  édition du Forum national de la recherche scientifique et des Innovations technologique se tiendra  du 20 au 25 octobre
Loroum: des individus non identifiés ont abattu dans la nuit de mardi à mercredi, un homme dans le village de Lossa, commune de Banh
Niger: enlèvement d’un prêtre italien au sud-ouest de Niamey
Afrique du Sud: la justice autorise la consommation de cannabis à titre personnel pour les adultes (RFI)
Diplomatie: le président du Faso a été élevé à la grande dignité de Companion of the Order of the Star of Ghana
Burkina: 118 personnes tuées (de 2015 au 15 septembre 2018) au cours des attaques terroristes perpétrées sur le territoire

POLITIQUE

L’Union pour la renaissance/Parti sankariste a organisé son deuxième congrès ordinaire les 27, 28 et 29 janvier 2017. Placé sous le thème : «Le sankarisme à l’épreuve de sa participation à la gestion du pouvoir d’Etat», ce congrès a été l’occasion pour le parti de l’œuf de faire le toilettage de ses textes et de faire un bilan analytique et prospectif de sa décision de rejoindre la majorité présidentielle.


Au terme des trois jours de conclave, Me Bénéwendé Stanislas Sankara a été reconduit à la tête du parti. Pour les congressistes qui estiment qu’ « on ne change pas une équipe qui gagne», Me Sankara à travers son leadership et sa clairvoyance, a su conduire le parti sur «une voie originale de développement endogène qui tire ses fondements dans les valeurs communes des Burkinabè que sont la justice sociale et le bien-être».

En outre, le parti réaffirme son alliance avec le Mouvement du peuple pour le progrès (parti au pouvoir) pour une majorité stable et pour la gestion du pouvoir d’Etat. A ce sujet, Simon Compaoré, 2è vice-président du MPP, a fait remarquer que « le MPP et l’Unir/PS sont condamnés à réussir ensemble ». Pour le ministre d’Etat Compaoré, « le choix de l’Unir/PS est un choix juste qui rencontre l’esprit de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ».

Un an après son alliance avec le parti au pouvoir, l’Unir/PS se dit fier de constater que, malgré un contexte de tentative de déstabilisation du pouvoir à travers des putschistes et de terrorisme, malgré l’héritage lourd fait d’une trésorerie exsangue et d’une société burkinabè plongée dans un marasme économique et social sans précédent, «l’espoir commence à renaître et le Burkina Faso a retrouvé sa place dans le concert des nations respectées et confiantes».

Toutefois, le nouveau président du parti estime que «l’arbre ne doit pas cacher la forêt». «Le peuple a faim et veut la justice, la liberté et la démocratie», fait remarquer Me Bénéwendé Sankara. Pour le député de l’Unir/PS, «la fronde sociale ainsi que l’incivisme criard auquel s’adonnent les Burkinabè, sont les manifestations d’un grand mécontentement qui couve une possible insurrection car les mêmes causes produisant les mêmes effets ».

Au nom donc de son attachement à la vérité et à la justice comme valeurs d’intégrité, l’Unir/PS exige toute la lumière dans certains dossiers. Notamment les dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo, Boukari Dabo et bien d’autres. Désormais bien outillé par les travaux de ce congrès, le parti estime avoir les atouts et tous les arguments pour apporter sa contribution à la gestion du pouvoir d’Etat pour le bonheur des Burkinabè.

Les membres du secrétariat exécutif

Président : Me Bénéwendé Stanislas Sankara
1er vice-président : Batio Nestor Bassière
2è vice-président : Athanase Boudo
3è vice-président : Romain Conombo
Secrétaire général : Dr Adama Dera
Secrétaire général adjoint : Ousmane Ouédraogo
Secrétaire national chargé de la structuration et de la sécurité : Alexandre Sankara
Secrétaire national adjoint chargé de la structuration et de la sécurité : Halidou Sanfo
Secrétaire national chargé des finances et du budget : Abdoul Aziz Dao
Secrétaire national adjoint chargé des finances et du budget : Seydou Koutou
Secrétaire national chargé de la planification et du suivi du programme : Sibdou Victorine Ouédraogo
Secrétaire national adjoint chargé de la planification et du suivi du programme : Lassané Sam
Secrétaire national chargé des relations extérieures et des Burkinabè de l’étranger : Soumanogo Koutou
Secrétaire national adjoint chargé des relations extérieures et des Burkinabè de l’étranger : Boureima Thiombiano
Secrétaire national chargé de la formation politique et de la prospective : Kalifara Séré
Secrétaire national adjoint chargé de la formation politique et de la prospective : Inoussa Ouédraogo
Secrétaire national chargé de la communication politique et de l’animation : Amidou Kaboré
Secrétaire national adjoint chargé de la communication politique et de l’animation : Ouanoma Albert Nacoulma
Secrétaire national chargé de la jeunesse et des organisations de masse : Samdpawendé Ouédraogo
Secrétaire national adjoint chargé de la jeunesse et des organisations de masse : Salif Tagnan
Secrétaire nationale chargée des questions féminines : Binta Hama/Ouédraogo
Secrétaire nationale adjointe chargée des questions féminines : Pauline Ambga/Ouédraogo
Secrétaire nationale adjointe chargée des questions féminines : Kadiguiai Sawadogo
Secrétaire national chargé de l’information et de la presse : Issaka Ouédraogo
Secrétaire national adjoint chargé de l’information et de la presse : Bachirou Soré
Secrétaire national chargé des cadres et des élus : Albert S. Ouoba
Commissaire politique : Samadou Coulibaly
Commissaire politique : Germaine Pitroipa/Nassouri
Commissaire politique : Thomas d’Aquin Bazié
Commissaire aux comptes : Lazare Marou Ouédraogo
Commissaire aux comptes : Abdoul Rasmané Maïga

Abel Azonhandé


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir