Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l'Union africaine donne un ultimatum de 15 jours à l'armée pour remettre le pouvoir aux civils, sans quoi le pays sera suspendu
Burkina: le gouvernement dément la prétendue labellisation du Faso Dan Fani par une firme chinoise et annonce sa labellisation future
Irak: 900 présumés terroristes rapatriés de Syrie pour être jugés
France:  la cathédrale Notre-Dame de Paris ravagée par les flammes, l'édifice et les œuvres sauvées 
Burkina: l'ancien ministre de la Culture, Tahirou Barry accepte d'être le candidat du MCR à la présidentielle de 2020
Etats-Unis: le progressiste Pete Buttigieg candidat à l'investiture démocrate
Libye: le HCR s’inquiète du sort des migrants pris dans les combats
Soudan: le ministre soudanais de la défense, Mohamed Ahmed Ibn Aouf, renonce à diriger le Conseil militaire qui dirigera la transition
Burkina: le gouvernement lance une opération de contrôle de l’authenticité des diplômes des fonctionnaires en activité
Burkina: plus d'une centaine d'individus interpellés au cours de l'opération Otapuanu

POLITIQUE

Le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) a organisé, le jeudi 26 janvier 2017 à Ouagadougou, une conférence publique sur le thème : « La participation citoyenne à la politique de sécurité : enjeux et  défis ».


«La participation citoyenne à la politique de sécurité : enjeux et défis», c’est le thème sur lequel ont porté des communications du Pr Augustin Loada et du commissaire divisionnaire de police, Roger Ouédraogo. Et d’après le Pr Loada, leur rôle à eux conférenciers était «d’essayer de montrer qu’historiquement, compte tenu des modes de genèse de l’Etat moderne, le monopole de la contrainte physique légitime, le monopole fiscal sont deux instruments qui étaient réservés à l’Etat central ».

Le spécialiste du droit a par ailleurs fait remarquer qu’aujourd’hui, il y a une « inflexion » dans la conception que les uns et les autres ont de la politique de sécurité. A l’en croire, cela transparait avec « le concept de gouvernance, la participation des citoyens à la mise en œuvre des politiques publiques y compris la politique de sécurité », qui constituent des éléments de recherche.

Les conférenciers se sont également attardés sur l’incapacité de l’Etat à tout faire dans cette volonté de faire participer les populations à la mise en place des politiques en matière de sécurité. D’où des initiatives développées par des citoyens. Et pour Augustin Loada, « le plus important est que l’Etat puisse accompagner et encadrer ces initiatives pour qu’elles produisent des résultats probants sur le terrain, dans le respect des principes et des valeurs démocratiques de l’Etat de droit ».    

Pour mener à bien ce combat, le CGD pourra compter sur le soutien du Canada, dont l’ambassadeur, Vincent Le Pape, a pris part aux échanges. «Il est important de continuer les projets, et de ne pas relâcher les efforts», du moment où « c’est un travail de long terme », a-t-il dit à propos de la collaboration qui devrait exister entre les populations et les agents de sécurité. Pour un bon déroulement de cette initiative, le Canada interviendra à hauteur d’environ 22.000 dollars canadiens, soit un peu plus de 10 millions de nos francs.

Présent également à ce rendez-vous du donner et du recevoir voulu par le CGD, le maire de la ville de Ouagadougou, Armand Béouindé a abondé dans le même sens que M. Le Pape. Pour M. Béouindé, la problématique suscitée par ce thème sur la participation des populations en ce qui concerne la politique de sécurité, est d’une importance capitale surtout qu’elle est au cœur même des préoccupations. C’est à juste titre qu’il indique que «sans la participation citoyenne, il est vain de croire que seules les forces de défense et de sécurité pourront arriver à bout de ce fléau ».

La rencontre, qui a connu la participation d’acteurs du monde de la sécurité, la société civile et des politiques, a permis, selon  Thomas Ouédraogo, directeur exécutif du CGD, de mettre un point d’honneur sur les moyens de rapprochement  entre les forces de défense et de sécurité et les citoyens.

GSA

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé