Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

image d'archives

POLITIQUE

Dans cette déclaration, l’Union pour le progrès et le changement (UPC) exprime son indignation suite à l’attaque de la mosquée du village de Salmossi (Oudalan) le 11 octobre dernier qui a fait 15 morts. Le parti d’opposition invite les Burkinabè à toujours rester soudés pour ne pas tomber dans le piège des terroristes.

C’est avec consternation et dans une profonde tristesse que l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a appris l’attaque terroriste qui a visé la mosquée du village de Salmossi, commune de Markoye, dans la province de l’Oudalan, le vendredi 11 octobre dernier. Au cours de cette attaque, quinze personnes ont perdu la vie. Selon les témoignages publiés par la presse,  des individus armés, décrits comme des terroristes, sont arrivés à l’heure de la prière et ont tiré sur les fidèles musulmans. 

L’UPC présente ses condoléances aux familles des disparus, à la communauté musulmane et au peuple burkinabè tout entier. 

Ces attaques, qui visent différents lieux de culte, viennent une fois de plus prouver que nos ennemis ne sont mus  que par la haine et la terreur. 

Après avoir tenté vainement de créer l’embrasement du Burkina à partir du front ethnique, ces terroristes rêvent maintenant de créer le chaos en opposant les croyants. Il appartient à nous,  Burkinabè,  d’éviter de tomber dans le piège.

 Pour ce faire, l’UPC appelle les leaders coutumiers, communautaires et  religieux, à renforcer les cadres de dialogues existants, et à trouver de nouveaux mécanismes pour promouvoir le vivre-ensemble et la tolérance. Ces mécanismes devront permettre à terme, de construire un Burkina Faso uni, solidaire et prospère où tous les fils et filles travaillent à promouvoir et consolider la cohésion sociale et l’unité nationale.

 Aussi, l’UPC  propose  que les premiers responsables des différentes communautés coutumières et  religieuses fassent une déclaration commune appelant une fois de plus à la tolérance, à la paix des cœurs et à la solidarité. Cette déclaration,  traduite dans nos langues et en arabe, sera lue dans les mosquées, les cours royales, les églises et les temples. Elle devra inciter davantage les uns et les autres à faire front commun face au péril, et à être plus  résilients. 

Vive le Burkina Faso ! Vive la liberté de religion et de croyance !

Que Dieu Tout Puissant bénisse le Burkina Faso !

Fait à Ouagadougou, le 17 octobre 2019

Pour le Bureau politique national de l’UPC, 

Le 5ème Vice-président chargé des valeurs sociétales, des cultes et de la Réconciliation nationale 

Son Excellence le Poé Naaba TANGA

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé