Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 
Liban: les locaux du Consulat honoraire du Burkina Faso endommagés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth. 
Kantchari: Bapandi Ouoba, policier municipal, tué dans la nuit du 3 au 4 août 2020 à son domicile par des hommes armés non identifiés.
Ouahigouya: décès de la mère de l’ancien président de l’Assemblée nationale, feu Dr Salifou Diallo, ce 31 juillet 2020. 
Burkina: le BEPC a enregistré un taux de succès de 36,47% contre 26,62% en 2019.
Burkina: le CEP a enregistré un taux de succès de 66,06% contre 55,11% en 2019. 
Burkina: le CAP et le BEP ont enregistré un taux de succès de 63,37% contre 46,86% en 2019. 
Mali: Al-Qaida revendique l'attaque qui a tué un soldat français -brigadier Tojohasina Razafintsalaman- le jeudi 23 juillet 2020. 

POLITIQUE

Lancé officiellement le 28 septembre 2019 à Ouagadougou, le Mouvement pour le Burkina du Futur (MBF), nouveau parti dont l’emblème est le bélier dit vouloir travailler à l’unité nationale.


C'est une salle comble du Conseil burkinabè des chargeurs qui a accueilli militants et sympathisants de ce nouveau mouvement dans la matinée du samedi 28 septembre. Le MBF se veut un parti moderne qui rassemble les démocrates de toutes les régions du pays, de toutes les conditions sociales et de tous les âges. Le parti ambitionne d'incarner un projet de société viable pour une nation burkinabè dans laquelle, se reconnaissent l'ensemble des fils et filles du pays.

«Au MBF, nous sommes une nouvelle génération d'hommes politiques qui s'engagent vigoureusement à mettre fin à la décadence de notre pays. C’est un parti qui n’appartient à personne. Nous avons besoin d’une équipe forte pour pouvoir faire des propositions d’idées et de solutions. Nous voulons rappeler les burkinabè à l’unité. Nous
souhaitons qu’il y ait un dialogue franc entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Nous devons mettre balle à terre pour qu’on puisse aller de l’avant », a indiqué Halhassane Sinaré, Secrétaire général du MBF.

C'est donc un nouveau parti politique qui veut à entendre ses dirigeants, apporter une réponse à cette jeunesse dynamique qui veut changer fondamentalement l'ordre établi au risque de voir son existence s'éclipser sans perspectives voire sans rêve. Même si pour Halhassane Sinaré, il est permis de constater une pénurie d'alternatives, de programmes de politiques fortes de la part es dirigeants actuels, ce n'est pas pour autant qu'il faut se presser pour la conquête du pouvoir.  «Pour 2020, il faut être réaliste. On ne crée pas un parti en l’espace d’une année pour conquérir le pouvoir au sommet. Il y a les municipales, les législatives, il faut passer ces étapes-là d’abord avant de monter au sommet. Nous devons mesurer nos forces», insiste Halhassane Sinaré.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir