Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

©Premier ministère

POLITIQUE

Le Premier Christophe Joseph Marie Dabiré a reçu ce mardi 10 septembre 2019 en fin de matinée, le Secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock. Il a été surtout question pour cette organisation internationale et le chef du Gouvernement Burkinabè, de voir comment soutenir davantage la police du Burkina Faso, à travers des échanges d’informations concernant la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

Le Burkina Faso fait partie des 194 pays qui travaillent avec Interpol, cette organisation internationale qui s’est fixée pour mission, de promouvoir la coopération policière internationale depuis 1923, année de sa création. Entre le Chef du Gouvernement Burkinabè et le Secrétaire général de l’organisation ce mardi matin, les échanges ont surtout porté sur les voies et moyens de renforcer la coopération, notamment à travers des échanges d’informations policières, au moment où le pays est confronté aux assauts répétés des terroristes. Pour Jürgen Stock, le renforcement de cette coopération doit partir des bases déjà existantes au Burkina Faso, notamment le « système de communication policière ».

Ce système d’information burkinabè aussi bien qu’il serve les autorités du pays, peut être mis à la disposition d’autres polices du monde. La démarche d’Interpol consiste ainsi en un maillage parfait du monde, à travers des polices interconnectées. C’est d’ailleurs le souhait des Nations Unies qui recherchent l’«amélioration du système d’avertissement mondial qui bénéficie du soutien d’Interpol ». Pour le patron d’Interpol, le « Burkina Faso est un partenaire clé dans ce système de communication. Il a salué le soutien des autorités Burkinabè, à savoir le Président du Faso, le Premier Ministre, le ministre en charge de la sécurité intérieure et le directeur général de la police nationale, pour l’aboutissement de cette ambition internationale.»

En rappel, Interpol ou l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC) est une organisation dont la mission est de prévenir et combattre la criminalité, grâce à une coopération policière internationale renforcée. Sa devise est : «Relier les polices pour un monde plus sûr ». Son siège est à Paris, en France.

*Le titre est de la rédaction

DCI/PM

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir