Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

Image d'illustration

POLITIQUE

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Newton Ahmed Barry a rencontré ce lundi 9 septembre 2019 à Ouagadougou les partis et formations politiques. Au menu : la révision du fichier électoral prévue pour le premier trimestre de 2020. 

Les deux parties se sont accordées sur la nécessité de la révision du fichier électoral qui servira aux scrutins de 2020 et 2021 et sur la création d’un fichier dédié aux Burkinabè de l’extérieur. 

Selon les chiffres de l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD), le Burkina va compter en 2020 plus de 10 millions d’électeurs. Actuellement, 5,5 millions d’électeurs sont déjà inscrits. Plus de 4,5 millions d’électeurs devront être enrôlés au cours de cette révision du fichier électoral.  Pour les Burkinabè de l’extérieur, la Commission électorale entend enrôler 2,5 millions d’électeurs. Près de 800 emplacements sont prévus et la durée d’enrôlement a été fixée à 30 jours. 

Pour cette opération, le pays est divisé en trois zones avec près de 13 252 emplacements. La période d’enrôlement par zone est de 14 jours et 21 jours pour les provinces du Kadiogo (Ouagadougou) et du Houet (Bobo Dioulasso) à fort potentiel d’électeurs.

Pour cette révision électorale, le président de la  Céni a indiqué que cinq conditions devront être réunies : être de nationalité burkinabè, avoir 18 ans révolu, posséder une CNIB et un passeport ordinaire en cours de validité, résider ou avoir des intérêts dans la circonscription où l’on veut se faire enrôler et ne pas être en situation de conflit avec la loi sur les droits civiques.

Pour les partis politiques qui ont pris part aux échanges, la proposition de la Céni est la bienvenue car il était impératif de procéder à cette révision. Mais Mamadou Kabré du Prit-Lanaya (opposition), estime qu’il faudra veiller à ce que le fichier soit fiable afin d’éviter que des personnes ne s’inscrivent doublement et éviter qu’on n’inscrive des personnes décédées dans le fichier. « A ce niveau, nous leur accordons le bénéfice du doute et nous engageons à les accompagner » a-t-il ajouté. Le représentant du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) a salué la démarche de la Céni qui permettra à un grand nombre de Burkinabè de pouvoir s’enrôler et exercer pleinement leur droit de vote.

Aussi chaque partie s’est engagée à jouer son rôle pour la réussite de cette opération. Après les partis politiques, la Céni a échangé dans la soirée de ce lundi 9 septembre 2019 avec  les organisations de la société civile.

En rappel, le Conseil des ministres du 25 juillet 2019 a adopté un décret portant révision et constitution des listes électorales biométriques, du 1er janvier au 31 mars 2019.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir