Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

POLITIQUE

Le Conseil des ministres conjoint de la 8e Conférence au sommet du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso s’est tenu ce mardi 30 juillet 2019, sous la présidence des Premiers Ministres burkinabè, Christophe Joseph Marie DABIRE, et ivoirien, Amadou Gon COULIBALY. Ce conseil a validé l’agenda de la Conférence au Sommet qui doit se tenir demain mercredi 31 juillet, sous l’égide des Chefs d’Etat, Roch Marc Christian KABORE du Burkina Faso et Alassane OUATTARA de la Côte d’Ivoire. 

Le conseil des ministres conjoint a, au cours de sa session, examiné et adopté les travaux des experts en vue de leur soumission à la Conférence au Sommet des chefs d’Etat. Les travaux ont essentiellement porté sur l’évolution des décisions et recommandations prises lors du TAC 7 qui s’est déroulé à Yamoussoukro en juillet 2018, mais également sur les chantiers prioritaires et les actions à mener dans le but de renforcer les liens entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

Selon Christophe Joseph Marie DABIRE, il s’agit de relever ensemble les principaux défis susceptibles de compromettre l’avenir des deux Nations, notamment ceux de la paix et de la sécurité, de la stabilité et de la cohésion sociale, du développement économique et social durable. « Le contexte d’aujourd’hui, marqué par le terrorisme nous commande de mettre en œuvre des synergies pour sortir de l’étroitesse de nos espaces nationaux et d’élargir nos horizons dans notre quête de paix et de développement. Notre ferme détermination et notre engagement à travailler ensemble et en parfaite symbiose doivent être encouragés et renforcés », a-t-il expliqué.

Son homologue ivoirien a lui, constaté une forte progression d’année en année, des échanges commerciaux entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. « Le volume global des échanges affiche une tendance haussière passant de 256 milliards de F CFA à 2013 à 348 milliards de F CAF en 2018, soit une progression d’environ 36% », a-t-il indiqué. Par ailleurs, Amadou Gon COULIBALY a salué le courage du peuple burkinabè et la sagesse de ses dirigeants qui permettent au Burkina Faso de faire face aux multiples attaques terroristes.

Direction de la communication de la présidence du Faso

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé