Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

POLITIQUE

La cérémonie officielle d'ouverture du Conseil conjoint de gouvernements de la 8e  conférence au sommet du traité d'amitié et de coopération (Tac)  entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso s'est tenue ce mardi 30 juillet à Ouagadougou. la délégation gouvernementale ivoirienne est arrivée hier lundi dans la capitale burkinabè avec à sa tête le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré et celui ivoirien ont  présidé ledit conseil.

La signature du traité d'amitié et de coopération entre le Burkina et la Côte d'Ivoire a eu lieu le 29 juillet 2008 à Ouagadougou. Selon le chef du gouvernement burkinabè, la dynamique de la coopération entre les deux pays  a connu « une ascension remarquable » depuis cette signature et, la  tenue régulière de ce traité  « dénote de la constance des relations entre les deux pays qui ne cesse de se renforcer ». Toujours selon ses propos, ce 8e sommet offre l'opportunité de « parler à cœur ouvert pour construire quelque chose de durable qui servira d'exemple à d'autres relations d'amitié sur le continent».

« En terme de bilan, nous pouvons nous féliciter de l'organisation alternative dans nos deux pays de sept conférences au sommet et nous en sommes présentement à la huitième (…) Des consultations bilatérales ont permis à nos deux pays d'élaborer de nombreux projets et programmes  et de conclure plusieurs accords dans les différents domaines socio- économiques et politiques dont la mise en œuvre et la réalisation ont impulsé une dynamique nouvelle à notre coopération » a déclaré Christophe Dabiré. 

« Après la 7e conférence au sommet du Tac tenue l'année dernière à Yamoussoukro, nous nous retrouvons ici à Ouagadougou pour apprécier l'évolution des décisions et recommandations prises à cette occasion.  En effet, la 8e  conférence du Tac nous permet d'examiner à travers les rapports et travaux de nos experts respectifs, l'évolution des chantiers prioritaires ainsi que les actions à mener visant à renforcer les liens de nos pays. Le Tac nous offre également le cadre approprié pour relever des défis communs que sont la lutte contre la pauvreté, les maladies endémiques, le terrorisme etc. » a fait savoir le chef du gouvernement ivoirien. 

Il a, par la même occasion, affirmé que le volume global des échanges entre les deux pays  a connu une « forte progression » avec une tendance haussière allant de 256 milliards de FCFA en 2013 à 348 milliards de FCFA en 2018  soit une progression d'environ 36%.

M. Coulibaly a aussi  « félicité » les membres du comité de suivi et d'évaluations du Tac pour la « pertinence et la clarté » du rapport issu de la rencontre tenue à Bobo Dioulasso du 22 au 24 mai 2019 sous la supervision des ministres des affaires étrangères  et de l'intégration africaine. « La qualité de ces documents nous a permis de préparer avec efficacité les présentes assises » a t-il fait comprendre.

Le conseil conjoint de gouvernements qui s'est tenu ce jour, permettra aux deux gouvernements  d'examiner les propositions des experts avant de les dévoiler  à la conférence au sommet des chefs d'Etats qui se tiendra ce mercredi 31 juillet 2019. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé