Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

POLITIQUE

«Le recours du Général Diendéré Gilbert est recevable mais mal fondé». C’est l’avis du Conseil constitutionnel du Burkina Faso, qui a rendu le 23 juillet 2019 sa décision concernant le recours introduit par les conseils du général Gilbert Diendéré aux fins de déclaration d'inconstitutionnalité de l'article 67 du code pénal burkinabè ancien.

Le 15 juillet 2019, date à laquelle devaient commencer les plaidoyers de la défense, les avocats du général Diendéré ont annoncé qu’ils avaient déposé une «question prioritaire d'inconstitutionnalité». «

Le tribunal doit, sans chercher à apprécier, surseoir à appliquer les dispositions qui posent problème et saisir le Conseil constitutionnel qui doit statuer dans un délai maximum d'un mois», expliquait Me Mathieu Somé, un des avocats du général Gilbert Diendéré.

Ils espéraient ainsi voir déclarer l’Article 67 du Code pénal ancien contraire à la Constitution burkinabè. L’objectif de la requête était d’écarter les infractions liées aux conséquences prévisibles du coup d’Etat.

Il s’agit singulièrement des infractions de meurtres et de coups et blessures volontaires retenues contre plusieurs accusés sur lesquels le Parquet s’appuyait pour réclamer la prison à vie pour celui qui est présenté comme le cerveau du putsch.

En attente de la décision du Conseil constitutionnel sur cette exception, le Tribunal avait renvoyé  l’audience au lundi 29 juillet prochain à 9h.

Rappelons qu’au total, 84 accusés sont jugés depuis février 2018 pour ce coup de force de l'ex Régiment de sécurité présidentiel (RSP) contre les autorités de la Transition, qui avait fait 14 morts et 270 blessés au Burkina Faso.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir